Nous y sommes : Huawei développe ses smartphones sans Google

Si vous suivez un peu l’actualité économique et la guerre technologique à laquelle se livrent les grandes puissances, vous vous rappelez sans doute celle que mène Donald Trump contre la Chine depuis qu’il est arrivé à la présidence des États-Unis.

Le point culminant de cette bataille a eu lieu au cours de 2019 lorsque le milliardaire américain a décidé de placer Huawei, le géant des télécoms chinois, sous embargo. Pour parer aux sanctions le constructeur chinois a développé son propre OS en urgence, sous peu on devrait voir les premiers smartphones qui l’utilisent sur le marché.

Des tests concluants

Les tests publiés par le constructeur chinois, comme celui effectué sur son premier smartphone pliable que vous trouvez chez Darty (voir le prospectus de Darty), montrent la fiabilité de ce nouvel OS. Huawei a mis le paquet et investi plus de trois milliards de dollars pour parvenir à développer ce système d’exploitation qui vise à s’affranchir de Google. L’objectif est de développer un environnement unique et cohérent.

Suite à ces tests franchement encourageants, il est fort probable que le constructeur va déployer son nouvel OS sur d’autres supports comme le bracelet connecté Huawei band 3 pro, l’un des plus populaires et fiables (voir le test à ce sujet), qui est disponible dans le catalogue Darty à partir de 67,00 €. C’est une excellente nouvelle pour ceux qui sont lassé des monopoles ou qui sont fans de la marque chinoise !

Quid des applications

Développer un OS opérationnel n’est pas chose aisée, mais pour un géant comme Huawei ce n’est pas infaisable. Le plus compliqué dans ce genre de développement c’est de trouver les applications compatibles qui feront le succès de l’OS. Le Windows phone, on s’en souvient, fût un échec commercial à cause du faible investissement des développeurs.

Huawei s’est montré rassurant auprès des utilisateurs en indiquant que les grands développeurs avaient adapté leurs applications à ce nouveau système d’exploitation. L’OS est bâti sur le noyau libre d’Android, ce qui constitue un véritable plus permettant d’installer des fichiers APK. Ils permettent aux géants de l’Internet comme Facebook de contourner l’embargo en redirigeant les utilisateurs vers des pages qui téléchargent ces fichiers APK.

Quid de la sécurité

La raison pour laquelle Donald Trump a mis en place un embargo à l’encontre du constructeur chinois c’est parce qu’il accusait la Chine d’utiliser les smartphones pour espionner les citoyens américains. Il est par conséquent tout à fait légitime de se poser la question quant à la sécurité de ce nouvel OS. D’après les spécialistes les chinois et les américains utilisent les mêmes méthodes d’espionnage et de piratage des données, c’est donc au consommateur de décider s’il préfère laisser ses infos personnelles aux premiers ou aux seconds.

Enfin, une petite remarque concernant le téléchargement de fichiers APK qui peuvent porter un danger potentiel (voir cette vidéo explicative). Il est important de vérifier les adresses auxquelles vous les trouvez. Huawei fait courir un risque à ses utilisateurs en les encourageant à installer ce type de fichiers par eux-mêmes. A surveiller… !

Partager cet article :