TEST – Sculpfun S9, une imprimante qui grave au laser (Coupon de réduction)

Après l’imprimante 3D, c’est avec une joie incommensurable que j’ai accepté de tester un autre objet pour geek, un laser. Pas un sabre Jedi, comme le pensait le fils de ma compagne, mais un laser capable de graver, brûler ou découper du bois, des métaux et bien d’autres matériaux. Attention, ce test va chauffer !

Unboxing et montage

En comparaison à une imprimante 3D, la boîte du Sculpfun S9 est plus petite et plus légère. Une fois monté, le laser a les mêmes dimensions qu’une imprimante 3D et propose une surface de travail assez grande (410mm x 420mm) qui vous permettra de réaliser de nombreux projets. J’ai ouvert la boîte seul chez moi et, devant la quantité de pièces à assembler qui me semblait énorme, j’ai préféré attendre Audrey et son fils (spécialiste Lego) pour le faire.

Finalement, c’était moins compliqué qu’il n’y paraissait et nous avons terminé le montage en 40 minutes (tout en prenant des photos). Les instructions sont bien détaillées et les sachets contenant les pièces sont numérotés rendant l’assemblage encore plus facile. D’un point de vue technique, ce laser de dernière génération a une puissance de 5,5 watts, peut couper 15mm de bois et possède une focale fixe (offrant une précision de 0,06mm), ce qui signifie qu’il faut refaire la mise au point à chaque changement de matériaux. Le réglage se fait en moins de 20 secondes.

Premier test

Le montage terminé, je me retrouve avec un laser, une paire de lunette de protection, deux morceaux de bois inclus dans la boîte, mais sans savoir quoi faire, il n’y a aucune indication sur la manière de procéder. Pour le faire fonctionner, il n’y a pas d’écran de contrôle (comme sur les imprimantes 3D), il faut installer un logiciel sur son ordinateur et le connecter au Sculpfun. Il n’existe pas d’application spécifique à la marque, j’installe donc une application gratuite pour débutant, LaserGRBL. J’imprime un fichier test trouvé sur le même site.

Avant de lancer le premier projet de gravure sur bois, le fils d’Audrey, Tom, 11 ans, avait très peur que le laser ne fasse brûler leur appartement. C’est sûr que comparé à une imprimante 3D, s’il y a un dysfonctionnement les dégâts seraient importants. Contrairement à cette dernière que je laissais tourner sans surveillance dans une pièce, pour les projets au laser, je préfère garder un œil dessus pour le moment, malgré la petite plaque en métal de protection à placer sous le bois.

Premiers constats

Le premier test a été concluant et le rendu est beau, mais imparfait. Les cercles ne sont pas réguliers. Je n’ai pas trouvé la solution sur le site de Sculpfun, mais en cherchant sur différents forums de passionnés. Le problème est récurrent lors des premières utilisations, le chariot du laser n’était pas assez serré. Bien que je n’aie effectué aucun réglage (vitesse, qualité, puissance) pour un premier test, j’étais déjà enchanté par le résultat.

Premier point négatif qui se fait rapidement sentir (jeux de mots), autant l’odeur du plastique fondu d’une imprimante 3D n’est pas très agréable, que celle du bois brûlé (ou plutôt du MDF avec de la colle) est encore pire et peut être nocif. Même avec les fenêtres ouvertes, et les portes fermées, l’odeur se diffuse dans toutes les pièces. Ça fume, ça pue et les émanations persistantes donnent mal à la tête. Première leçon : utilisez le laser dans un atelier ou un garage.

Suite des tests

Devant le manque de conseils et de projets proposés pour les débutants, au hasard de mes pérégrinations dans le logiciel, je découvre qu’il est possible de graver des images au format PNG. J’utilise un morceau de caisse de bouteilles de vin pour graver une photo. Le chariot est resté bloqué au lieu d’avancer, le laser brûlait inlassablement la même partie du bois jusqu’à le transpercer. Heureusement que j’avais mis la protection en métal fournie, sinon ça aurait brûlé mon bureau, voir plus. C’est un problème connu, il faut desserrer les bandes de roulement en caoutchouc sur le côté. Dommage que cette information ne figure pas dans le manuel.

Je relance l’impression de la photo, mais le résultat est décevant, le contraste est trop faible, les lignes ne sont pas parfaitement droites, bref, cette machine doit être domptée avant de donner des résultats au niveau de ses capacités. Je me lance dans une gravure plus simple, le logo de « Tinynews ». Je décide de tester une autre application permettant de régler davantage de paramètres en espérant arriver au résultat escompté. LightBurn est payant, mais gratuit pendant 30 jours. Le résultat est sans appel, la qualité, la précision et la rapidité de gravure sont meilleures. Les problèmes de chariot et de roulement semblent résolus.

Pas aussi simple qu’il n’y paraît

Monter et utiliser un laser est simple, mais le faire fonctionner correctement pour avoir un résultat optimal n’est pas évident. Il m’a fallu regarder un nombre incalculable de vidéos pour comprendre les finesses de réglages et malgré une quinzaine d’heures d’apprentissage, j’ai l’impression de ne rien maîtriser. Si, par exemple, je diminue la vitesse d’impression, mais laisse la même puissance du laser, ça brûlera le support plus intensément.

Pour avoir un résultat parfait, il faut jouer entre plusieurs paramètres (vitesse et puissance entre autres), mais également les adapter au support (bois, métal, plastique, verre, etc.). Mon plus gros problème dans mon apprentissage du Sculpfun S9 est que pour l’utiliser dans mon appartement, je dois porter un masque à gaz.

Sans maîtrise, la puissance n’est rien

Le Sculpfun S9 est puissant et permet pléthore de projets. Les applications de gravures sont tellement complexes (et les tutoriels peu nombreux), que je n’ai pas eu le temps, en trois semaines, d’arriver au résultat que je voulais pour la gravure de photos, mais j’ai obtenu de magnifiques réalisations avec des images de manga.

Conclusion

Au même titre qu’une imprimante 3D, un graveur laser est un objet que tout geek se doit de posséder. Les possibilités sont tellement nombreuses qu’il promet de l’amusement à l’infini, et ce pour un prix contenu (moins de 300€).

Le Sculpfun S9 est le premier laser que j’ai testé et j’ai été totalement conquis par la qualité de construction, la puissance, la vitesse et la précision (après réglages évidemment). Si j’avais eu plus de temps, mais surtout un garage pour éviter d’être asphyxié (en écrivant ce test, j’ai encore l’odeur de brûlé dans mon nez), j’aurais pu tester plus de fonctionnalités.

Gros points positifs par rapport à une imprimante 3D, la consommation électrique est seulement de 30 watts contre plus de 1000 watts, et le ventilateur du laser est également beaucoup plus silencieux. Si vous êtes un geek ou un bricoleur, je vous conseille le Sculpfun S9, il répondra à vos attentes et vous permettra de créer énormément de choses.

En vente chez Geekbuying pour 295€, sans frais de douane (envoi depuis l’Allemagne). Grâce au coupon de réduction “NNNGKBSC9”, le prix tombe à 268€.

Sculptun S9

268 € (Avec le coupon NNNGKBSC9).
8.5

Facilité de montage

9.0/10

Rapport qualité/prix

9.0/10

Qualité de gravure

9.0/10

Facilité d'utilisation

6.5/10

Possibilités

9.0/10

Pros

  • Montage bien documenté
  • Puissance de gravure
  • Plaisir d'utilisation
  • Consommation faible (30 Watts)

Cons

  • Réglages parfois compliqués
  • Manque de documentation pour l'utilisation
  • Apprentissage fastidieux
  • Odeur à l'utilisation
Partager cet article :