#BONPLAN – Test – XIAOMI Redmi 4X – Une réussite totale à 112€ (3Go RAM/32Go)

4x-02

Xiaomi ! Non, ce n’est pas un salut rituel tantrique, mais un producteur de smartphone chinois s’affichant dans le top 3 des plus grands vendeurs de téléphones asiatiques. Vous ne le saviez pas ? C’est normal, moi non plus. Pourtant je vais comprendre rapidement la différence entre les résidents chinois des trois premières places du podium et tous ceux qui suivent derrière. En route pour le haut du panier avec le Redmi 4X.

On déballe …

Une boîte toute sobre contient ce nouveau smartphone. Blanche, on devine plus que l’on ne lit le logo de Xiaomi placé en blanc sur blanc. Etonnant de ne pas mettre plus en avant la marque, mais avec le recul, je me dis que quand la qualité est au rendez-vous, nul besoin d’investir en un marketing devant saturer nos yeux de flash et autres paillettes.

J’ouvre, déballe, m’attendant à trouver l’un ou l’autre bonus surprise dans l’emballage. Le téléphone se présente à moi en premier. Il est agréable à la vue et semblera toujours peser lourd pour celui qui passe pour la première fois sur un 5,5 pouces. Lisse, profilé, il est agréable au toucher, surtout avec sa vitre qui prend toute la longueur du portable sans découpe pour placer les boutons. C’est doux comme un doudou !

01-10-1

La suite du déballage s’opère rapidement. Une pique, à ne pas perdre, pour ouvrir le clapet de stockage des deux cartes sim ou d’une éventuelle carte mémoire supplémentaire. Un câble micro USB pour la recharge et l’adaptateur secteur pour le connecter à la prise murale. Enfin, pour le connecter en chine, car les fiches de ce dernier sont aux normes chinoises. Du coup, je tourne et retourne la boîte pour chercher l’habituel embout à ajouter pour le transformer en fiche européenne… mais rien d’autre ! Haha ! Surprise ! C’est là que l’on se rappelle l’importance de choisir des versions Internationales ou qui précisent EU plug dans sa commande sur les sites asiatiques. Je suis passé à côté, emballé par le produit proposé, mais j’assume. Heureusement que ce ne sont pas les adaptateurs secteurs, les PC ou les plugs pour prises chinoises qui manquent à la maison, aussi je m’en sort sans peine pour le placer en charge.

Premier pas …

Chargé en 1h30, j’allume et découvre les premiers écrans. La langue française est là, ouf, je passe la connexion Wifi vu que je n’ai pas le code sous la main et qu’il est impossible d’activer les options WPS de connexion automatique, qui ne sont disponibles qu’une fois sur la plateforme finale.

« Connectez-vous à votre compte MI » qu’il me dit. Pas de wifi, vu que j’ai passé l’étape précédente, et du coup, impossible de créer ou même d’utiliser le compte du gamin et aucune option pour passer cette étape (finale) et le faire plus tard. Râlant, je reviens en arrière, vais fouiller dans mon téléphone principal pour récupérer le code que j’ai photographié la dernière fois et je peux valider la fin de l’installation.

Une dernière étrangeté qu’est la « Région » que l’on me demande de définir, où il n’y a nulle trace de la France ou de la Belgique. J’opte pour l’Algérie en rigolant, me disant que j’aurai peut-être un peu de soleil avec ce pays chaud. Heureusement, je n’ai rencontré aucun soucis avec ce drôle de choix.