Avez-vous acheté votre sapin ?

rcdChaque semaine,  je vous propose de se retrouver au coin du feu afin de déblatérer de la semaine écoulée. Un petit billet d’humeur, en quelque sorte. Bon, disons-le d’emblée, nous n’allons pas discuter que de “bits & bytes” comme disait un de mes anciens patrons un peu trop fan des Belga filtre, il se reconnaitra peut-être.

Sinon, vous allez bien ? Vous avez acheté votre sapin Nordmann à 70€ sur le parking du Carrefour ? Vous vous demandez encore ce que vous allez demander au petit gros trapu et barbu ? Ou, pire, vous interrogez votre entourage, vos parents, vos ados pour leur demander “Purée, m**** quoi, tu veux quoi pour Noël !? T’as pas d’idée ?“. Dur. Les priorités sont là : il faut absolument trouver un cadeau, des cadeaux… et faire en sorte qu’ils ne terminent pas lâchement délaissé dans un tiroir, abandonné à leur triste sort. Triste.

Non, je ne vais pas ici vous conseiller d’acheter tel ou tel brol connecté qui ne sert à rien sauf à vider votre bourse (restons courtois) remplie de deniers gagnés à la sueur de votre front (ou de votre tendre moitié). Non, rien de tout ça. Mais, néanmoins, je m’inquiète. Je m’inquiète de voir autant de promo à l’arrivée de la date anniversaire de la naissance du Christ : Nous allons tous succomber à la tentation. La tentation de s’acheter le dernier iPhone 12 Plus-ou-moins utile, le dernier notebook avec un processeur hyper-rapide alors que nous passons la plupart du temps à lire nos mails et à partager des commentaire insipides sur Facebook. Tel est notre destin. Effrayant.

Finalement, tout ça n’est pas notre faute, ô grand crucifié, nous écarquillons nos yeux devant ces promotions qui divisent, quasi de moitié, les prix habituels. Nous sommes innocents, ce sont elles, les coupables : ces entreprises aux objectifs bassement mercantiles qui nous attrapent au vol avec leur filet. Elles nous enferment ensuite dans la réalité de la vie, cette prison dorée où il nous faut consommer pour vivre et non l’inverse. Avons-nous le choix ? Heu, oui, nous avons le choix. Le choix de se poser cette bête et unique question : “En ai-je vraiment besoin ?“.

Allez, je vous laisse méditer. A la semaine prochaine, bande de consommateurs avertis, je vais préparer ma buche crême au beurre.

Bert

 

 

Partager cet article :
Bertrand Mahieu

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.