TEST – Apple Airtag : On l’a enfermé chez Carrefour !

On va se l’avouer, ce test va se dérouler dans des situations un peu particulières étant donné la bonne brouette de tests que vous aurez déjà lu avant de parcourir cet article, le regard curieux. Nous n’allons donc pas nous attarder à vous décrire le produit. En effet, soit vous le connaissez déjà ou, si ce n’est pas le cas, nous vous invitons à lire notre précédent post sur ce nouveau tracker “AirTag” de nos amis d’Apple, nous gagnerons du temps. Merci bien. 

L’objectif ici est quadruple :

  1. Comment l’installer ?
  2. Comment retrouver un objet perdu ?
  3. Comment suivre un objet perdu s’il se déplace ?
  4. Comment ce tracking fonctionne-t-il alors qu’il ne dispose d’aucun GPS interne ?

Vous l’aurez deviné, pour la modique somme de 35€, inutile d’espérer un tracking façon “Les Experts Miami” avec un cercle rouge émettant un bip-bip au fur et à mesure de ses déplacements. Nous verrons plus tard comment Apple a réalisé cette prouesse, d’ailleurs déjà utilisée auparavant chez d’autres fabricants car, non, ce procédé n’est pas innovant.

On déballe et on installe …

Commandé chez Krefel le jeudi 22 avril, c’est à mon grand étonnement qu’il est arrivé une semaine plus tard alors que les stocks Apple semblaient partiellement épuisés. Je ne vais pas me plaindre et dix minutes à peine s’écoulent avant que je ne déballe cet AirTag, les mains aussi fébriles qu’un étudiant en train de vérifier s’il aura une seconde session cette année. Ah, non, apparement, les examens ne seront de nouveau pas à l’actualité cette année. Bis repetita, Mr Covid est passé par là et je sens bien que la Belgique va encore reculer dans le classement Pisa, s’il est évidemment possible de descendre plus bas dans le classement ou notre pays ressemble à la lanterne rouge de la première division de foot.

On reconnait ici le packaging aux petits oignons d’Apple et on prend un certain plaisir à tirer avec grand soin sur l’emballage, tout comme à extirper l’AirTag à l’aide d’une petite tige en carton qui dépasse. On se croirait presque en charmante compagnie le premier soir d’une rencontre Tinder. Le “bouton de Cupertino” se présente sous la forme d’un disque tout chromé d’un coté et blanc brillant à l’arrière où vous pourrez également ajouter une petite gravure lors de la commande.

Un peu plus grand qu’une pièce de deux euros, il tient donc facilement dans la poche et la qualité de fabrication est vraiment exceptionnelle. Rien de bouge ou craque lorsque vous le manipulez. Il intègre un bête pile “CR 2032” qui offre une autonomie d’une année et peut être remplacée par vos soins.

Pour l’appairer à votre iPhone, iPad ou encore MacBook & Compagnie, il vous suffit de lancer l’App “Localiser”, onglet “Objets” et ensuite “Ajouter un objet”. Je vous conseille de d’abord lancer l’App avant de sortir l’Airtag de son écrin. De cette manière, le fait d’activer la pile en retirant la petit languette va instantanément entamer la procédure d’appairage.

Ensuite, il vous sera demandé quelques confirmations pour fournir un nom ainsi qu’un petit emoji qui apparaîtra sur la carte. Enfin, vous pourrez l’associer à votre compte Apple afin qu’une autre personne ne puisse en prendre la propriété.

Étape 1 : On retrouve un objet … dans la maison

Première étape vachement simple à tester : Planquer l’Airtag dans mon bac à chaussettes à l’étage. Il faut savoir que cette pastille connectée est reliée en Bluetooth à n’importe quel device connecté à votre compte Apple. Pour faire simple, vous pouvez donc retrouver l’objet sur lequel l’Airtag est accroché au travers de votre iPhone, iPad ou MacBook. Par contre, oubliez la localisation de vos Airtags via l’interface web https://www.icloud.com/find/, cela n’est pas prévu pour l’instant.

J’ai donc simplement lancé l’App “Localiser” sur mon iPhone et je me suis déplacé dans la maison jusqu’à ce que j’obtienne un signal Bluetooth ou UWB (Ultra Wideband). A partir de ce moment, l’App va vous aider à vous déplacer afin de trouver l’Airtag. Il indique assez finement la distance et, cerise sur la gâteau, la direction à suivre pour atteindre le joyeux Graal.

Si vous n’êtes pas friands de jeux de piste, il vous sera possible de “Faire sonner” l’Airtag afin de mieux vous orienter dans l’immeuble. Bon, caché dans le tiroir à chaussettes, le son assez aigu se fait tout de même entendre et facilite grandement la recherche, couplée aux indications de l’App. C’est assez réussi, simple et intuitif. J’approuve totalement. Petit bémol, si la connexion Bluetooth ou UWB est perdue en fonction de l’éloignement du Airtag, il vous faudra tâtonner en vous déplaçant afin de déclencher la connexion. Je le répète, il s’agit ici d’un device Bluetooth avec tous ses inconvénients au niveau portée, notamment au travers de murs successifs.

Étape 2 : On planque l’Airtag chez Carrefour

Histoire de simuler la perte d’un objet loin de chez moi, j’ai donc eu l’idée d’aller le cacher au rayon “Nourriture pour animaux“. Je l’ai donc glissé dans une enveloppe, accompagné d’un petit mot au cas où on quelqu’un mettrait la main dessus. L’objectif était de vérifier que, arrivé chez moi, je sois capable de le déclarer comme “Perdu” et, surtout, de tester la localisation de l’Airtag au travers de la communauté des utilisateurs de produit Apple. C’est avec une certaine appréhension et le regard posé à 360 degrés que j’ai dissimulé l’enveloppe derrière quelques boites de conserve pour félins affamés. Vous vous doutez bien que j’avais pris une photo pour me rappeler où récupérer le précieux sésame. Je quitte le Carrefour pour reprendre la route vers mon domicile, avec l’impression d’avoir joué les agents secrets de chez Wish.

De retour.

Arrivé chez moi, je regarde illico mon iPhone et l’App “Localiser”. Ouf, l’iPhone a bien gardé la dernière localisation connue et l’AirTag est bien identifié. Je vais à présent le définir comme “perdu” et demande à être notifié lorsque qu’un iPhone passera à côté du rayon afin de me confirmer sa géolocalisation. Après quelques heures, j’ai reçu plusieurs notifications me confirmant cela. Tout ce petit monde semble fonctionner, c’est parfait.

Étape 3 : On planque l’Airtag dans le sac de ma femme… et pas à l’insu de son plein gré.

Je récupère l’Airtag chez Carrefour, accompagné d’un encombrant témoin.

C’est le coeur joyeux que je me dirige vers le rayon “Chat” pour récupérer l’AirTag. Je fais sonner le bazar et, surprise, il émet un son mais pas à l’endroit initial ! Panique : L’enveloppe est tombée au travers d’un fente et est descendue d’une étagère. De plus, un témoin gênant est venu s’immiscer durant cette scène d’exfiltration.  En effet, en farfouillant derrière les boites, je n’arrivais pas à mettre la main sur l’enveloppe et un gentil monsieur, occupé à remplir son caddie de litière, m’a regardé d’un air bizarre, me voyant retirer les boites à l’arrière. Il dû me prendre pour un sérieux frappadingue en se disant “Mais pourquoi il prend les boites à l’arrière ? Pour avoir une date de péremption la plus éloignée ?!”. Je ne vous dis pas sa tête quand j’ai extirpé l’enveloppe en arborant un joyeux sourire. Hop, de retour à la maison pour tester cela avec ma femme.

Restons sérieux une minute, elle était totalement d’accord de participer au test en situation réelle. Vendredi, elle a donc accepté d’aller au boulot avec l’Airtag confortablement installé dans son sac. Oui, elle va quelques jours par semaine au bureau, à l’inverse de moi qui suis toujours en télétravail depuis … mars 2020.  Elle dispose d’un iPhone et cela me permettra de tester la vitesse de réaction lorsque je le déclarerai perdu. Je parle de l’Airtag, pas de ma femme. Evidemment, pour que cette localisation “de la communauté” fonctionne, il faut que le Bluetooth soit activé au niveau de son iPhone, ainsi que le data et, c’est un peu normal, être connecté avec son identifiant Apple sur l’iCloud étant donné que toutes les données recueillie passe par la bande de chez Apple, de manière encryptée.

Quelques mots sur la précision… non compatible avec les “anciens” iPhone

Avant tout, il faut savoir que la précision lors d’une localisation “proche” dépendra du modèle de votre iPhone. En effet, celle-ci est gérée par la puce U1 qui permet, contrairement au Bluetooth, une extrême précision de l’ordre de quelques centimètres (le fameux UWB, l’Utra WideBand). Le souci est que cette puce n’est disponible que depuis 2019 et donc uniquement installée sur les iPhone 11 et supérieurs. En même temps, pas besoin d’une telle précision si votre AirTag se trouve au bout de votre bras et, au pire, vous le faites sonner.

On localise ma femme ?

Après ce court intermède, je me lance donc à la recherche de ma femme. Déjà, c’est extrêmement positif : Je lance l’App “Localiser” sur mon MacBook Pro et, sans aucune demande ou action de ma part (et j’insiste bien sur ce point), il m’est indiqué que la dernière localisation a été effectuée il y a 19 minutes, à un endroit précis, près de la sortie d’autoroute qu’elle emprunte pour aller travailler.

Ensuite, j’active le mode “Perdu” et demande d’être averti dés qu’Apple localise à nouveau l’AirTag afin de vérifier si la localisation s’effectue correctement lors des éventuels déplacements de l’objet. J’ai à peine le temps de placer un “point” à la phrase suivante qu’une nouvelle localisation a été détectée, après vérification, cela correspond bien à son trajet habituel. Merveilleux, ce gadget fonctionne vraiment ! Entre les deux localisation, il s’est donc écoulé une bonne vingtaine de minutes.

Alors, heureux ?

De manière générale, je suis assez satisfait du comportement de l’AirTag. La précision est vraiment au rendez-vous en intérieur, lorsque le “contact” est établi et, en extérieur et pour autant qu’un iPhone soit présent dans les proches environs (+- 15m), cela a le mérite de fonctionner. Par contre, oubliez la localisation si vous êtes en pleine campagne et que vous perdez votre porte-feuille, équipé d’un AirTag, au fond du bois ou un maigre chasseur de faisan passe une fois par mois, accompagné d’un téléphone Android. Les limites sont clairement identifiables, vous l’aurez compris.

En conclusion, pour 35€, Apple nous balance un produit fiable mais qui, je le répète, n’est PAS un tracker GPS qui sera utilisé pour suivre à la trace une personne en temps réel. Il sera utile, par exemple, pour retrouver votre véhicule garé dans une ville ou sur un immense parking, planqué sous la selle de votre vélo-cargo à 5000€. A vous de voir si vous avez un besoin particulier. Dans mon cas, je n’ai absolument aucune idée de son utilisation finale mais pourquoi pas au cou de Socrate, mon brave épagneul français qui dort 25 heures par jour et qui passe ses journée allongé sur transat au jardin. Bref, aucune utilité dans ce cas précis.

Allez, je vous laisse, j’espère retrouver ma femme ce soir, accompagné de mon AirTag. On ne sait jamais, elle pourrait l’avoir égaré.

Apple AirTag

35 €
9.1

Installation

9.5/10

Design

9.0/10

Qualité de fabrication

9.0/10

Fonctionnalités

8.5/10

Autonomie

9.5/10

Pros

  • Look sympa
  • Autonomie d'un an
  • Localisation via communauté Apple
  • Pile classique interchangeable

Cons

  • iPhone 11 et supérieur pour localisation précise
  • Accessoires hors de prix
  • Peut se griffer facilement
Partager cet article :
Bertrand Mahieu

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.