TESLA et la bourse : On vous explique le bazar en deux paragraphes au sujet d’Elon Musk.

C’est à grand renfort de communiqués et d’alertes en tout genre que je me suis aperçu que quelque chose sonnait creux : Elon Musk doit dégager de son poste de Président du Conseil d’Administration de Tesla. Mouais, c’est bien tout ça, mais Elon n’en garde pas moins la direction opérationnelle du groupe. Explications en deux minutes chrono.

Il est vrai qu’Elon et ses frasques récentes ont eu le mérite de communiquer. En bien, en mal, en mensonge, rien de tel qu’une communication un peu hiératique pour faire parler du boss sud-africain qui, rappelons-le, est aussi à l’origine de PayPal, tout en balançant des fusées qui reviennent du terre, après avoir catapulté moult satellites au dessus de nos têtes.

Elon a annoncé, via un tweet surement formulé à la suite de quelques Jack Daniel’s et autre petite roulage de beu en direct à la radio, qu’il allait virer Tesla de la bourse pour avoir un peu plus les coudées franches. Fort bien. Néanmoins, ces apparitions ont fait bondir la SEC (Le gendarme de la bourse au States) et engendré un fléchissement certain des cours de l’action Tesla, au grand dam des petits et grands actionnaires du groupe.

Bref, ça chie dans le ventilo et la SEC a clairement demandé à Elon de « faire un pas de côté » (expression bien connue dans notre politique belge). Exit Musk du CA de Tesla… tout en conservant la direction opérationnelle de sa propre société, rappelons-le. Souvenez-vous, le 18 septembre dernier, il avait encore communiqué à propos du prochain vol de Space-X et de ce milliardaire japonais qui pourra se payer un couteux voyage vers la Lune.

Il est donc maintenu à son poste de CEO de la boite, mais devra s’acquitter personnellement de 20 millions de dollars. A cela, Tesla devra aussi allonger la même somme en guise d’amende.  La SEC versera ensuite ces 40 millions d’Euros aux gentils investisseurs afin de palier aux fluctuations du marché et rassurer le marché. Il est vrai qu’en août, Musk avait déclaré que Tesla « pourrait bien revenir dans le giron privé » (sous-entendu : « Actionnaires, vous m’emmerdez »), ce qui avait eu le mérite d’exciter les traders. Mauvais plan … ou communication manipulatrice ?

Je souhaite toutefois bonne chance au futur Président du CA de Tesla, tout comme au CA lui-même qui devra approuver tous les Tweets d’Elon avant leur diffusion. En attendant, à l’heure actuelle, Tesla a déjà perdu plus de 7 milliards de capitalisation boursière, suite à l’annonce des poursuites du SEC, la « Security & Exchange Commission ».

Allez, je vous laisse, je vais me refaire Interstellar, le film où aucun placement de produits de la part de Space-X n’a  – pas encore – été détecté.

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.