Test – Elephone S7 – 4Go de RAM et 64 Go pour moins de 220€ !

es7-001

L’ambiance est encore aux fêtes de Noël, les marchés fleurent bon le vin chaud et les sapins ont encore les boules lorsque survint ce qui ressemble furieusement à un beau cadeau de fête : un Elephone S7. Un quoi ? Un Elephone ! Et non, je n’ai pas de trouble de langage ou de problème de « T » sur le clavier, mon téléphone du jour est bien un Elephone. Voyez donc.

Out the box

Sorti de sous le sapin dans sa petite boîte de transport, bien protégée pour le voyage depuis Hong Kong, c’est le sourire aux lèvres que j’offre son cadeau à ma chère et tendre. Les yeux pétillants de joie et de malice, elle déballe ce qui remplacera son (déjà) vieux (de deux ans) S4 mini. Ses premiers mots furent globalement « Woaw ! Il est grand ! Et beau ». Autant dire que la sortie de la boîte de l’engin fut des plus réussies. Il faut dire qu’avec son écran  5,5 pouces cela en fait une belle Phablet (pour ceux qui découvrent le mot, c’est entre un (télé)Phone et une Tablet(te)) et son écran incurvé il en jette de suite.

Mais ma femme ne s’arrête pas à l’extérieur (heureusement pour moi) et sort le contenu de la boîte cadeau. Et là, découverte et nouvelle exclamation « Woaw ! Il y a même une coque et un film protège écran ! ». Cerise sur le gâteau, contrairement à tous les téléphone que j’ai offert jusqu’ici, il s’accompagne d’une jolie coque transparente (qui servira vite au vu du nombre d’objets qui tombent du fauteuil de la maison) et d’une protection de l’écran en mode film plastique. La coque est vite placée et adoptée, tandis que le film plastique nécessite des techniques de placement que nous n’avions pas. Deux essais plus tard, on décide d’abandonner cette option, tout en remerciant le fabricant d’avoir pensé à ces deux attentions. Ce n’est pas parce que l’on est cruche qu’il faut en blâmer les autres !

elephone-s7-01

elephone-s7-02

Premier pas

Par habitude plus que par recommandation du fabricant, le téléphone part avec son chargeur pour une première charge complète. Il s’allume pour annoncer sa puissance actuelle : 66 %. C’est bien pour démarrer directement, mais on tient bon les 30 minutes qu’il a nécessité pour afficher 100 %.

Avec fébrilité, on appuie sur le bouton de lancement et, rapidement, très rapidement en comparaison avec nos modèles actuels, s’affiche les premières images : un choix de langue ! Intérieurement, je pousse un « Ouf » de soulagement, craignant devoir chercher à naviguer dans un menu chinois pour trouver la sélection du français. Sauvé !

On complète donc les diverses demandes de géolocalisation et autre acceptation d’usage du téléphone, avant de rencontrer notre premier couac. Si une grande majorité des textes affichés sont bien francisés, il reste des pages complètes de demandes « yes / no » qui sont toujours « shakespeariens ». Première déconvenue qui se poursuivra dans une partie des menus (pas tous) restant désespérément en anglais. Dans l’absolu et malgré notre usage faible de cette langue, ce n’est pas très dérangeant, mais nous pensons à notre Mamylou qui serait bien dépourvue face à tant de mots inconnus.

es7-006

Connexion à internet, lancement des premiers téléchargements, tout se passe sans heurt avec rapidité. Passage sur Internet avec le navigateur propriétaire de la marque et… étonnement… L’appareil nous demande de valider une série de droits pour l’utiliser. Accès aux photos, aux emails, au paiement, au… Nous lui répondons par la négative et bardaf, il ferme l’application. Nous comprenons vite que le monde est noir ou blanc. On dit oui à tout ou on n’utilise pas. Ok, téléchargement de Chrome et en avant la navigation plus libre.Ce ne sera pas la seule application à nous forcer la main en réclamant des validations, peut-être est-ce devenu une norme légale !? Selon les cas et le risque estimé, nous acceptons ou pas d’utiliser les diverses applis.

es7-004

Vient le moment de changer la carte sim, après récupération des données de l’ancien téléphone. Chouette, plus besoin d’ouvrir le capot et sortir la batterie pour placer carte sim et mémoire, mais bien le petit pic (fourni bien sûr) pour activer le mécanisme au bout d’un petit trou. Super, mais en même temps on se demande déjà où on va placer le pic pour ne pas le perdre et se rappeler où il se cache quand on en aura besoin lors d’un prochain upgrade de matériel. Heureusement, un trombone (le truc en fer avec lequel on fait des jolis colliers quand on s’ennuie, pas celui à coulisse pour la musique) pourra faire office de remplacement de fortune, pour peu qu’on en ait encore quelque part. Froncement de sourcils ! La carte sim n’a pas la même forme que ce qui est attendu. Il faudra donc attendre le lendemain et un passage en boutique pour obtenir une découpe adaptée. Pas de soucis pour la carte mémoire, qui s’adapte bien et est reconnue de suite.

es7-005

Deuxième pas … et tous les autres

Le téléphone étant fonctionnel, nous rentrons dans un usage récurent, émaillé de remarques, émerveillement ou désappointement parfois amusé, comme lors du test de l’appareil photo et des sempiternels selfies. Pas besoin de le tenir à bout de main et de chercher à appuyer difficilement sur le rond du déclencheur. Un simple geste de la main face à lui et un décompte de 3 apparaît à l’écran avant le flash (merci les enfants pour avoir compris plus vite que maman). Il y a même moyen de le déclencher en disant une phrase clé… écrit en idiome  chinois ! A défaut de l’appareil, cela aura déclenché une belle crise de fou rire. Vivement une mise à jour du firmware pour corriger toutes ces traductions manquées ou oubliées.

Puisqu’on parle des photos, la qualité est des plus correctes. Pas de pixellisation constatée, réglage des couleurs automatique et flash puissant. Peut-être un décalage perturbant entre la demande de photo et son déclenchement qui nécessite une adaptation du photographe, mais rien d’irrémédiable.

Une fonction panorama vous permet de réaliser un plan large de votre lieu de villégiature préféré, pour ramener avec vous ces paysages superbes qu’une photo seul ne peut rendre. Il nécessite de prendre des photos consécutives en superposant les flèches, ce qui peut parfois s’avérer plus ardu que prévu.

Niveau charge, il semble au premier abord se vider vite, chauffer beaucoup et passer souvent par la prise. Mais les premiers jours étaient associés à une effervescence naturelle, qui diminue avec l’habitude et les autres émerveillements de la vie.

Pour les Widget fournis, on se sent un peu délaissé. Le calendrier proposé, par exemple, ne permet pas d’y voir les événements stockés, juste quelques points pour dire qu’il y en a un. C’est ballot pour un calendrier, non ? Sauf si vous aimez entendre votre mari vous appeler à 17 h pour vous demander « Tu es bien chez le dentiste là ? » et de constater que l’on a déjà 15 minutes de retard. Heureusement des divers Store en ligne comblent les manquements sans soucis.

Au niveau des sonneries et autres bip de sms, le choix est plus que varié. Nous passons plus de 10 minutes à les écouter l’un après l’autre. C’est même exotique, pour nous européens, étant peu au fait du rock alternatif asiatique (je crois que c’est ce que représentait plusieurs sons un peu stridents et speedés), mais au moins, on se retrouve avec une sonnerie originale dans cet univers connecté. Ayant choisi le bruit de pièces qui tombent pour les messages, j’ai depuis l’impression que je viens de gagner au jackpot à chaque sms reçu. Je dois depuis être milliardaire dans ma tête vu son abonnement à usage illimité.

Dans le même genre, les fonds d’écran de base sont divers et variés, même beaux oserais-je avancer. Ils sont en harmonie avec le smartphone, grand et élégant. C’est un objet qui fait un brin luxueux, somme toute, ou en tout cas qui ne donne pas de regret de le sortir de sa poche (qui doit être grande) pour le poser sur la table du bureau ou du restaurant.

Techniquement parlant

Si, comme moi, vous aimez regarder les configurations techniques avant de vous décider, histoire de vous assurer que votre prochaine montre connectée sera bien compatible avec votre nouveau joujou, ou que vous pourrez utiliser un smartphone aux normes chinoises en Europe, voici quelques chiffres.

Il tourne sous Android 6.0 (communément appelé Marshmallow) et peut contenir deux cartes sim nano, si l’on fait l’impasse sur l’extension de mémoire. Il possède 4 Go de RAM dans sa version testée (personnellement j’éviterais les versions 3 Go pour la faible différence de prix). Son grand écran courbé propose une diagonale de 5,5 pouces et offre une résolution de 1920 x 1080 pixels donnant un superbe confort pour la lecture de vidéos.

Les photos sont prises en 13 Mpixels à l’arrière et 5 MPixels en façade (pour les selfies essentiellement, qui se font sans plus de recul que le bras ou la perche). Les vidéo sont enregistrées en full HD pour un meilleur rendu des spectacles des enfants. C’est un appareil 10 cœurs (cortex ou deca core) de 2,0 Ghz qui permet de faire tourner les applications les plus gourmandes.

Son stockage de 64 GB est presque trop important pour un usage normal, mais il sera le bienvenu si vous êtes un fan des photos ou des vidéos sur smartphone. Pour ma part, après diverses installations, il me reste 54 GB de libre. Dès lors la possibilité d’accepter une micro SD ayant jusqu’à 128 GB de plus semble presque superflu. Il lit mes JPEG, PNG, MP3, WAV, MP4, H.264 que je lui ai associé.

Je vous passe la prise mini-jack, double sim, empreintes digitales, boussole, GPS, Bluetooth, Wifi qui sont désormais commune sur nos engins mobiles.

es7-002

Pour la 4G, il utilise les fréquences les plus courantes des réseaux belge et français (FDD-LTE 800/1800/2600). Seule la future bande 700 MHz, qui commence seulement à se développer en France est manquante, mais c’est le cas pour la majeure partie des nouveaux smartphone qui n’ont pas encore intégré ce futur standard européen. Cela ne gênera pas son utilisation avant une dizaine d’année (on parie que vous aurez changé de smartphone d’ici là ? ).

Et son prix me direz-vous ? 400 € ? 500 € ? Même pas ! On le trouve via l’import chinois pour moins de 250 € (218 € ce jour chez Gearbest) dans sa version la plus puissante (Helio X25), mais il tombe à 200 € si vous ne comptez pas faire tourner des applications de jeu 3 heures par jour (vers ion 4G + 64 GB). Attention cependant avec l’import, il y a toujours une possibilité que la douane vous réclame un surcoût de 35 € pour la rentrée en Europe. Mais comme c’est aléatoire, à vous de voir si la chance vous sourit ou les inclure dans le coût estimé du téléphone.

Bon, j’arrête là mon tour technique des points qui m’intéressent lors d’un achat et je conclus.

Au final

Il me plaît bien ce smartphone, il est beau, fonctionne superbement, se recharge vite, est rapide avec ses cœurs et sa RAM, fait de belles photos, est livré avec une coque et fait envie aux spécialistes des boutiques telles que Mobistar (si, si). Mais je donnerais le dernier mot à ma femme qui est malgré tout celle qui l’utilise au jour le jour, et pas que pour le pousser dans ses derniers retranchements. « Chou… tu en penses quoi de ton téléphone ? »

« Il est tout d’abord très beau et pratique d’utilisation. Instinctivement, on peut trouver facilement les applications. Et si on ne trouve pas il y a toujours un ado ou un homme pour nous aider

Je regrette qu’il faille accepter tous les accès aux données personnelles  pour pouvoir utiliser certaines applications et que certaines choses restent en anglais.

Comme il est neuf sur le marché il n’y a pas beaucoup de choix pour les coques. On peut s’offrir peu de fantaisies, même en import.

Petit bémol… Il ne rentre pas dans une poche mais nous les filles on a de grandes sacoches pour le mettre !

Il a une bonne prise en main et la qualité des photos et des vidéos sont très agréables.

C’est un super cadeau sous le sapin »

Femme heureuse, homme ravi !

Acheter l’Elephone S7 chez Gearbest

          

 

Résumé
Date
Produit
Elephone S7
Avis
4