Test – 7 jours avec le Xiaomi Mi4S

xiaomi mi4S 01

Xiaomi et la famille, c’est une affaire qui marche. J’ai déjà réussi à convaincre une flopée de personnes à passer sous pavillon chinois et, quelques mois plus tard, on continue à me remercier de ce choix qui paraissait improbable : Allier la qualité de fabrication, les performances et le prix en un seul smartphone.

Je me suis donc empressé de remplacer mon iPhone 5S par Xiaomi Mi4S. “Heu, Bertrand, tu vas bien ?“. Pourquoi, me direz-vous ? En premier lieu, j’en avais un peu ras les noisettes de payer plein pot pour un maigre 16Go de RAM et, profitant d’une offre de mon opérateur où je bénéficie d’une carte SIM supplémentaire avec 2 Go de données par mois, il m’était évidemment impossible d’utiliser deux SIM avec l’ami Golden Delicious. Pour le reste, mon iPhone commençait à fatiguer et je sentais bien comme une espèce de résignation à ne plus vouloir avancer. Bref, j’avais envie de changer.

Bon, OK, mais changer pour quoi, pour qui ? L’herbe est-elle plus grasse et moelleuse chez le voisin Xiaomi ? Mes critères de choix étaient simples : Double carte SIM, 64 Go de mémoire, 3 Go de RAM et un écran full HD pour 300€. Le tout, dans un design minimaliste. Je me suis donc plongé sur GearBest, j’ai commandé mon Xiaomi Mi4S via leur entrepôt en Angleterre et je fut livré en 48h via DHL. Coût total : 320€.

On déballe …

Le Xiaomi présente une finition exemplaire faites d’un cerclage en aluminium aux bords biseautés. Il s’agit d’un boitier unibody, impossible de l’ouvrir, seule une petite cachette vous permettra d’y glisser vos cartes SIM (et votre carte SD si vous n’en utilisez qu’une seule).

L’aspect général est vraiment attirant pour l’œil et on ne retrouve pas, comme certaines enseignes chinoises en manque d’égo, avec un énorme logo au dos de celui-ci. Discret et sobre. J’aime beaucoup, même si l’arrière s’avère être du genre glissant. J’attend donc la coque en silicone transparent pour parfaire la bête et empêcher qu’elle ne me glisse des mains quand je réponds aux commentaires de la page Facebook de Tinynews, tout en soulageant ma vessie. Rassurez-vous, je nettoie l’écran à chaque usage, à l’aide d’une petit lingette désinfectante que vous pouvez trouver dans toutes les bonnes pharmacies. Ah, on parle encore de pharmacie. Désolé.

On allume …

Avec une belle résolution full HD, nous sommes face à une dale de bonne qualité et, surtout, offrant des couleurs fidèles. Le côté tactile s’avère réactif et l’écran est lisse et absolument pas “rugueux” comme j’ai pu rencontrer sur certains modèles de tablettes chinoises.

A titre de comparaison, un iPhone 6S délivre une résolution de  1.334 x 750 pixels à 326 ppp (sur un écran de 4.7 pouces) , alors que ce Xiaomi offre une joli 1920 x 1080 pixels à 441 ppp (sur un écran de 5 pouces). Moralité : Les pixels sont plus denses sur le Xiaomi et donne une réelle impression de finesse d’affichage.

On utilise …

Après 7 jours de tests intensifs, je retiendrais deux points à mettre en valeur : Son interface et la qualité des prises de vues. En effet, Xiaomi intègre sa propose version d’Android 6.0, appelée MIUI. Cela ressemble, un peu, à de l’iOS de nos amis de Cupertino et il est donc beaucoup plus simple et convivial à utiliser qu’un autre téléphone de marque coréenne dont je terrai le nom. On s’y retrouve facilement et on apprécie le rangement des différents aspects de configuration ainsi que l’aspect sécurité. Un grand bravo sur ce point. Un smartphone assez sympa à mettre dans les poches des ados.

Viens ensuite l’appareil photo. Mon iPhone 5S me faisait pleurer tellement les clichés étaient mornes, cela fait maintenant partie du passé. Couleurs vives et chaudes, réactivité et synchronisation du flash excellente, tout est présent pour vous faciliter la vie et offrir des photos de qualité où il n’est pas nécessaire de passer par trois apps différentes pour remettre d’équerre les photos de la tribu en vacances.

Petit point très positif : Il possède un lecteur d’empreinte au dos du téléphone et … il fonctionne du feu de Dieu ! Très réactif, il ne m’a jamais fait défaut une seule fois comme c’est souvent le cas chez nos amis asiatiques.

On conclut …

Sept jours… et le meilleur à venir. Certes, il vous faudra un petit temps d’adaptation pour passer du côté de Xiaomi et son interface MIUI, mais n’oublions pas que tout cela n’est finalement que de l’Android 6.0 et que le Play Store de Google est là pour retrouver vos marques au travers de launchers classiques comme Nova, que j’aime beaucoup et qui fonctionne plutôt pas mal.

Le Xiaomi Mi4S est un téléphone très stable, sans freeze ou lag particulier, même en cas de forte demande. J’ai eu l’occasion de tester quelques jeux comme Brother in Arms ou autres applications ludiques bien gourmandes : Il tient la route et ne chauffe pas trop au regard des ressources demandées.

Une belle réussite, à un prix correct, sans frais de douane et livrable en quelques jours depuis le site de Geabest pour 317.95€ actuellement. Par contre, il vous en coûtera 202€ si vous choisissez de vous le faire livrer depuis la Chine.

Exemples de photos

Fiche technique

Ecran 5 pouces full HD 1920×1080
RAM 3 Go
Mémoire 64 Go
Processeur Qualcomm Snapdragon 808 64bits – 8 coeurs
OS Android 6.0 (MiUI)
Appareil photo 13MP/5MP
WiFi 802.11a/b/g/n
Réseaux 2G: GSM 850/900/1800/1900MHz
3G: WCDMA 850/900/1900/2100MHz
4G: FDD-LTE 1800/2100/2600MHz
Slot MicroSD Oui – Jusqu’à 128 Go – Uniquement si non utilisé avec deux cartes SIM
Dimensions 13.93 x 7.08 x 0.78 cm
Poids  133 grammes
Batterie 3260mAh (non amovible)
Capteur d’empreinte Oui
Chargeur Quick Charge (USB Type C)
Boitier Alliage d’aluminium
Comparatif puissance Antutu Samsung Galaxy S6 : 82.295
iPhone 6 :79100
Sony Xperia Z5 : 76862
Xiaomi Mi4S : 61841 points
iPhone 5S : 52498
Asus Zenfone 2 : 50401
Sony Xperia Z3 : 47913
Samsung Galaxy A5 (2016) : 41868Source : Ki Movil

Acheter le Xiaomi Mi4S chez Gearbest (Depuis la Belgique ou la France)

Gallerie photos 

Unboxing

Résumé
Date
Produit
Xiaomi Mi4S
Avis
41star1star1star1stargray

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.