TEST – Philips Fidelio T1 : Autonomie et ANC de qualité mais manque de confort.

Prestigieuse gamme de la marque Philips, Fidelio est synonyme de luxe et de qualité sonore irréprochable. Qu’en est-il de cette première incursion de Philips dans les modèles True Wireless ? 

Unboxing 

Rien qu’en regardant la boîte, j’ai compris que les Philips Fidelio T1 se positionnaient dans la cour des grands en proposant des écouteurs haut de gamme, True Wireless. L’emballage extérieur affiche des détails techniques intéressants et l’emballage intérieur, contenant les écouteurs, me fait penser à un packaging Apple tellement chaque détail est léché. Par exemple, le manuel se trouve dans une enveloppe ornée d’un ruban bleu afin d’en faciliter l’ouverture. Complètement inutile, mais le luxe c’est ça aussi.

Le tout est tellement beau, que pour changer, je décide de lire le manuel avant de connecter les écouteurs à mon smartphone. Bien m’en a pris, car c’est grâce à ça que j’ai appris que le contacteur de charge sur les écouteurs était couvert d’un adhésif de protection, probablement pour ne pas user la batterie avant achat. C’est la première fois que je vois ce détail et ça ajoute au sentiment haut de gamme du produit. Comme conseillé dans le manuel, je mets directement les écouteurs en charge pendant que je continue l’exploration du manuel.

Le boîtier de charge inspire confiance, tant par sa qualité de construction, avec une partie en cuir sur le dessus du plus bel effet, que par sa dimension, deux fois plus grosse que pour les boîtiers de charge des concurrents.  Les écouteurs sont fournis avec neuf embouts différents, six en silicone et trois en mousse Comply (à mémoire de forme) ! Une fois de plus, c’est du jamais vu. 

Le manuel rapide, composé essentiellement de dessins, n’est pas évident à comprendre, je préfère attendre d’utiliser l’application pour tout maîtriser. 

Configuration des écouteurs 

J’installe l’application « Casque Philips » et voir le logo de la marque hollandaise, aussi ancienne que mythique, s’afficher au démarrage, me fait énormément plaisir. C’est peut-être à cause de mon âge et de la nostalgie, mais ça me permet de ne pas me sentir dépassé par des marques récentes que les jeunes connaissent et moi pas.  L’étui de charge est tellement imposant qu’à moins d’avoir des poches énormes, il sera difficile de les y glisser. J’aimerais démonter le boîtier pour savoir pourquoi il est aussi volumineux.

Les écouteurs allumés, ils se connectent à l’application en moins de 5 secondes (merci Google Fast Pair). En revanche, il me faut plus de temps pour comprendre comment les placer correctement dans les oreilles. Pas de calibration, pas de mesure de l’oreille, les écouteurs se connectent rapidement et fonctionnent instantanément.  Bien que les Fidelio T1 soient récents, l’application me propose une mise à jour, que je ne fais pas, car je suis trop impatient de les tester.


 

Application 

L’application est intuitive, ce qui n’est pas le cas chez tous les constructeurs. Certes, elle manque d’options, comme de pouvoir configurer soi-même l’égaliseur au lieu de n’en proposer que quatre prédéfinis (basse, voix, puissant, tripler), ou encore la configuration du tactile de l’écouteur, mais elle est suffisante pour un usage standard. Durant la durée de notre test, l’application a planté à plusieurs reprises.

Pratique, dans l’application se retrouve le manuel qui explique le fonctionnement des commandes tactile des écouteurs. Les commandes ne sont pas configurables et seul l’écouteur droit est tactile, le gauche ne sert qu’aux commandes vocales. Ce choix est étonnant, mais c’est mieux qu’aucune commande tactile. 

Remarque : l’application ne se lance qu’avec la position GPS du smartphone activé, je n’en vois pas l’intérêt et je déteste ça, ça donne vraiment le sentiment d’être espionné. 

Qualité audio 

En voyant la conception intérieure des écouteurs (sur la boîte ou sur internet), je me doutais que la qualité de ces Philips Fidelio T1 allait être différente. En effet, chaque écouteur est équipé d’un haut-parleur pour les aigus et un autre pour les basses – medium. Vous avez bien lu, dans chaque écouteur, il y a deux haut-parleurs spécifiques ! De plus, le nombre de composants constituant les écouteurs est impressionnant… Ça explique peut-être leur taille, ce qui n’est pas leur point fort, mais j’y reviendrai.  

Premier test, j’active l’ANC au maximum, mets l’égaliseur sur amplification de basses, lance ma liste de lecture de quadragénaire avec une chanson d’Anastacia qui a une voix chaude et grave. Ce n’est pas autant dû au fait que j’étais amoureux d’elle quand j’avais 20 ans qui me donne la chair de poule, mais la qualité du son et surtout des basses est excellente. J’ai l’impression qu’elle est à côté de moi et qu’elle chante dans mes oreilles. Les écouteurs Sony WF-1000XM4 m’avaient procuré le même sentiment de qualité sonore.

Afin de ne pas faire fuir nos chers lecteurs, je ne spécifie pas le contenu de ma liste de lecture, mais j’écoute plusieurs types de musique différents pour tester la qualité audio. Sur certaines chansons, plutôt dance, je dois désactiver les basses, tellement elles sont puissantes. Pour les chansons plus calmes à textes, les instruments sont parfaits et la voix des chanteurs très claire. Je prends plaisir à écouter tous types de chansons avec les Fidelio T1.

La qualité bluffante a un revers, elle est gâchée par la tenue des écouteurs, je dois les replacer toutes les 5 minutes dans mes oreilles, car ils sortent régulièrement. Je décide de changer l’embout, mais les Comply semblent énormes, je me rabats sur les plus petits embouts en silicone. Je mets les écouteurs dans mes oreilles et c’est déjà mieux, mais toujours inconfortable à porter. 

Je continue d’écouter la musique tout en jouant dans l’application. Celle-ci permet de définir le type et la puissance du contrôle de bruit (ANC). Bizarrement, quand je désactive l’ANC, c’est la qualité globale du son qui change, comme si le son devenait moins chaud et moins enveloppant.  Anecdote amusante : le premier matin où je teste les écouteurs, l’ANC au maximum, j’écoute de la musique en préparant mon café, je mets le grain à moudre, je sors le lait et prépare une tasse. Comme je n’avais pas entendu le broyeur de grain fonctionner, je le relance une seconde fois, ce qui en met partout. Le broyage des grains fait énormément de bruit, mais même avec le volume à moitié, je n’avais rien entendu ! Je lance le mousseur de lait, que je n’entends pas non plus, puis la préparation de mon café, je n’entendais absolument rien, je sentais uniquement les vibrations de la machine au sol. 

J’ai emporté les écouteurs lors d’un short trip au ski. J’ai profité de quelques pauses au soleil pour écouter de la musique avec l’ANC. Autant il est agréable d’être à la montagne et d’entendre les skieurs passer, autant il est agréable d’écouter de la musique, isolé de tout, en profitant de l’air frais et du soleil de la montagne. Malgré la taille des écouteurs, ils n’étaient pas gênants avec mon bonnet. 

Sur le plan de la qualité audio, ces Fidelio T1 sont excellents. Les composants embarqués justifient expliquent la dimension des écouteurs. Les basses sont profondes et très puissantes (surtout quand on les amplifie avec l’égaliseur), les aigus sont clairs, bref, pour une première entrée en matière dans le monde des True Wireless, Philips frappe très fort. 

Design & Confort

Même s’il est agréable d’écouter de la musique avec ces écouteurs, il est difficile de les garder longtemps dans les oreilles à cause de leur inconfort. Pire, avec le temps, ils sortent tout seuls, j’essaye pourtant de les enfoncer le plus loin possible, mais rien n’y fait.  De par leur taille, ils ne tiennent pas dans les oreilles pendant une séance de sport en mouvement (comme la course à pied). Au niveau de la tenue dans les oreilles, c’est donc un véritable échec.

Pour le design, Philips a décidé de se démarquer de la concurrence avec un choix tranché. Les écouteurs sont d’une fabrication parfaite, avec un beau métal brossé et une inscription distinguée de Philips Fidelio. Au début, j’avais du mal avec le design, mais avec le temps, je les trouve élégants (quand ils sont parfaitement insérés et pas à moitié sortis des oreilles).  Chaque fois que je poussais les écouteurs dans mes oreilles, j’appuyais, sans faire exprès sur les commandes tactiles, c’était très énervant. J’ai désactivé cette option pour ne plus être ennuyé. 

Kit mains-libres 

Bien que la partie téléphonie ne m’intéresse pas particulièrement, Audrey m’a encouragé à la tester.  Pour se faire, on a procédé à un test qui consistait à me faire téléphoner en vidant le lave-vaisselle. C’est une technique comme une autre pour que je fasse le ménage. La qualité du son de mon côté était excellente tout comme la réduction des bruits parasites de son côté. Même lorsque je rangeais les couverts, et tout le monde sait que ça fait du bruit, elle n’entendait rien. Je suis sûr que si on avait eu un jardin elle m’aurait demandé de tondre le gazon pour vérifier que la suppression du bruit est efficace. 

Les plus du Philips Fidelio T1 

L’ANC appelé « Réduction de bruit Pro+ » par Philips, est étonnant. Couplés aux embouts Comply à mémoire de forme, qui permet une isolation passive, ces Fidelio T1 sont parmi les meilleurs, sans égaler les OnePlus Buds Pro.

Philips propose d’autres caractéristiques intéressantes, comme la technologie multipoint Bluetooth qui permet de connecter les écouteurs à la fois sur son ordinateur portable pour regarder une vidéo ou écouter de la musique, mais également à son smartphone pour ne rater aucun appel. C’est le genre de technologie pratique qui m’éviterait de placer mon téléphone devant mon écran de PC lorsque je regarde une vidéo pour être sûr de ne pas rater un appel.  Ces écouteurs sont certifiés IPX4, ce qui vous permet de chanter sous la pluie ou d’être insensible à votre transpiration lors de séances de sport.

Autonomie 

L’autonomie annoncée est de 9 heures + 25 heures de bonus, grâce au boîtier.  Forcément avec des écouteurs aussi massifs et un boîtier aussi gros, on pouvait s’attendre à une énorme autonomie. Avec l’ANC activé, l’autonomie baisse, mais reste malgré tout supérieure à 25h, de quoi tenir plusieurs jours. Le temps de charge n’est pas des plus rapides, 15 minutes ne fournissent que 60 minutes d’autonomie. 

Conclusion 

Le plus gros point fort de ces écouteurs Philips Fidelio T1, reste incontestablement la qualité sonore. Très proche d’un Sony WF-1000XM4, mais sans vraiment atteindre ce niveau, la qualité de ces écouteurs dépasse la majorité de ceux que nous avons pu tester.  L’ANC couplé aux embouts offre une réduction de bruits parmi les meilleurs du marché.
Si la fabrication est parfaite, le design, qui reste un choix personnel, ne nous a convaincus qu’au fil du temps. Les matériaux sont d’excellentes qualités, mais les écouteurs sont grands ce qui nuit au confort de ceux-ci.

Autant Audrey, que mon fils et moi avions du mal à les insérer dans les oreilles, même avec les plus petits des embouts et c’est là le plus gros point faible de ces écouteurs. Cette qualité sonore a un prix, ces écouteurs sont affichés à 299€ (235€ actuellement sur Amazon). Un prix compréhensible par le design, la qualité sonore et de fabrication, mais entaché par une tenue dans les oreilles, pas forcément adaptée à tous les utilisateurs. 

Crédit photo : Nicolas Varga.

Philips Fidelio T1

235 €
7.6

ANC

8.0/10

Qualité audio

9.0/10

Design

8.0/10

Confort

4.0/10

Autonomie

9.0/10

Pros

  • Qualité sonore et construction
  • BT Multipoints
  • Design tranché mais élégant
  • Grande autonomie
  • ANC Convaincant

Cons

  • Tenue et confort dans les oreilles
  • App pauvre en options
  • Boitier de charge imposant
Partager cet article :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.