Test – Drone Parrot Bebop 2 … dans un match de hockey !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cinq minutes. Jusqu’à dix, je vous le concède ! Mais à partir du quart d’heure, il y a un truc qui se passe. Comme pour un yaourt sur le point de passer minuit à la date de péremption. Ce sont ces fractions de secondes où vous sentez que, en dépit de votre grande patience, vous aller basculer inévitablement vers un état d’énervement incontrôlable.

Prise en main

Pour celui ou celle qui fait face à un nouvel objet hi-tech, il s’agit en général du moment bien précis où vous amorcez un processus de développement d’une certaine forme d’agressivité envers l’objet en question. Bref, c’est lorsque vous êtes contraint de vous précipiter vers l’emballage pour bondir sur le manuel d’instruction constatant votre incapacité à le faire fonctionner.

C’est donc avec ce niveau de bagage que je me suis laissé embarquer à bord d’un test de drone Bepop 2 du fabricant français Parrot.  Plutôt “light traveller” vous direz ? Le hic, c’est qu’une fois à bord, il n’y a plus personne. C’est vous le pilote… et là peut survenir un grand moment de solitude. Surtout pour les personnes qui, dans leur tendre enfance, comme moi, n’ont jamais pourchassé leur chat pendant de longues heures avec leur voiture téléguidée jusqu’à épuisement de la batterie (ou du chat c’est selon).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Test Bebop 2

Déballer son premier drone à la maison c’est un peu comme recueillir un oiseau blessé, n’est-ce pas ? On se préoccupe avant tout de le faire voler au plus vite pour lui rendre sa liberté.

Honnêtement, je dois vous avouer qu’en quelques minutes je suis parvenu à déballer l’engin et installer une app sur mon iPad, avant de me rendre compte qu’il fallait, ô caprice, calibrer cet assemblage de plastique et d’électronique volant.

Quelques tours de poignets dans un sens, puis quelques tours dans un autre, puis… merde… encore dans un autre sens bizzare ! Je vais me choper une tendinite… Non, non, ça va :  l’app est contente, elle m’indique que c’est calibré. Ouf !

Et puis là, magie ! Je plaque mes deux pouces sur la surface tactile, puis, dans un mouvement de massage concentrique et sensuel, j’arrive non seulement à faire décoller le Bepop 2… mais à contrôler ce dernier. Mon baptême de l’air en drone, wooohh !

Bon, je ne vous ai pas tout dit. En tant que testeur professionnel du site Tinynews, j’avais bien entendu droit au Skycontroller. Si vous demandez de quoi il s’agit, vous êtes assurément de la catégorie de gens qui se demandent, c’est quoi le Skycontroller au juste? (La Palisse si tu nous lis…).

En fait, il s’agit des ustensiles qui permettent de faire croire à vos voisins que vous traînez plus de 10 années d’expérience en pilotage de drone derrière vous, et ce dès qu’ils aperçoivent l’engin volant dépasser de la cime des arbres de votre jardin. Ni plus, ni moins.

Je rigole bien sûr ! Ce sont en fait les manettes d’amusement (joystick) que tout pilote expérimenté, ou non, se doit de posséder. Chez moi, celles-ci n’ont pas répondu du premier coup. Et là bon, honte à moi, j’ai dû (re)consulter le guide d’utilisateur avant de me rendre compte qu’il fallait respecter précautionneusement le démarrage du drone, puis l’initialisation du Skycontroller puis, enfin, l’app sur son iPad. Je ne suis plus certain de l’ordre exact donc, pour le coup, allez vous aussi lire le manuel…

The test ultime

Le lecteur qui est arrivé jusqu’ici aura compris que mon maigre test où l’on retrouve le Bepop 2 faisant quelques cabrioles au-dessus de la balançoire des enfants n’avait rien de convainquant pour faire augmenter le nombre de clics sur ce site.

Après une discussion musclée avec le rédacteur en chef de Tinynews, il me balance:

– “Pour la vidéo, il faut un truc avec de l’action, du spectaculaire, c’est accrocheur!”

– Euh oui… mais euh… c’est que…

Ce dernier de rajouter:

– “Ton sport national c’est bien le hockey sur glace ?”

– Euh.. oui mais…

– “Shoot une vidéo de ton équipe avec le Bepop 2, ça va être cool!”

– Euh oui… je veux bien mais c’est que la moyenne d’âge de mon équipe de hockey justement, et bien, elle est de 47,6 ans !  Donc, pour le côté spectaculaire je ne suis pas vraiment sûr de…

– “Je m’en fou, si un mec comme toi arrive à faire voler un drone à l’intérieur d’une patinoire c’est génial!”

Bon, et bien voici le résultat ci-dessous. Je vous préviens, ce n’est pas le drone qui filme au ralenti ! Pour ce qui est du “Garage machin truc à Louvain”, je tiens à présenter mes excuses pour le léger contact du Bepop 2 avec la bannière publicitaire suspendue au plafond de la patinoire… Rien de bien grave en somme pour un sport de contact !

Résumé
Date
Produit
Drone Parrot Bebop 2
Avis
41star1star1star1stargray
Dave Dionne

Dave Dionne

Ni Belge, ni hi-tech, ni connecté, la preuve que n’importe qui peut écrire n’importe quoi, mais…pas sur n’importe quel site!