TEST – devolo Access Point ONE : Etendre son WiFi en 5 minutes, c’est possible (119€)

Vous le savez, nous suivons la marque allemande devolo depuis plus de cinq (autant dire depuis les début de votre blog belge préféré) et ils viennent de nous faire parvenir leur dernier bébé, le devolo Access Point One, vous permettant d’étendre, voire de remplacer le WiFi originel de votre box Proximus, Voo et autre provider des lecteurs français qui nous suivent depuis des lustres.

On déballe …

Il est clair que cet Access Point One nous fait drôlement penser à ce devolo Gigagate que nous avions pu tester il y a quelques mois mais qui n’avait pas du tout la même fonction. Ici, nous retrouvons une forme assez inhabituelle pour un point d’accès mais qui finalement, du moins chez mois, finira dans une espèce de panier Ikea, bien caché dans la bibliothèque.

Au niveau des ports situés à l’arrière, nous trouvons 4 ports 100 Mbits mais un seul Gigagbits au programme, malheureusement. A l’avant, nous trouvons une série de LED habituelles indiquant quel port est branché, ainsi que deux petits boutons dont nous expliquerons la fonction plus tard.

Le tout est assez “brillant” et il a d’ailleurs été assez difficile de prendre un cliché sans que le chien ou un meuble ne vienne s’y refléter. Dure, la vie de blogueur. Petit plus, il est possible, via deux petits pieds, de le placer debout afin de l’afficher fièrement ou, sans doute, d’améliorer le signal étant donné qu’aucune antenne externe ne vient encombrer le paysage.

Sachez que ce devolo Access Point One intègre 6 antennes internes capables, via 4 MIMO, d’atteindre des vitesses purement théoriques de 1733 MBits/seconde (en 5 GHz), tandis que les deux autres sont dédiées au 2.4 GHz offrant des débits de 300 Mbits. Bon, ça, c’est pour la théorie si, évidemment, vous disposez en amont d’une telle bande passante.

On installe …

Il faut savoir que devolo propose deux types de fonctionnement différents : un mode access point qui bénéficiera de son propore SSID ou, a contrario, d’opter pour le mode “clone” qui permet de garder le même SSID (nom de réseau) que celui de votre box.

Le mode “access point”

Ce mode est le plus simple à mettre en oeuvre tant il se résume à connecter le devolo à votre box Internet via un câble réseau RJ45 fourni dans la boite. Une fois mis sous tension et après une petite minute d’attente, le voilà fonctionnel. Il vous suffit dés lors, via votre PC ou votre smartphone, de vous connecter au SSID (nom de réseau) débutant par ‘devolo’ et ensuite d’encoder la clé WiFi affichée derrière le boitier. Nous verrons plus loin comment modifier cette clé afin de la rendre plus simple … ou encore plus compliquée, c’est selon.

Le mode “Clone”

Dans ce cas, le devolo va reprendre l’intégralité de la configuration de votre box et y récupérer le SSID (nom de réseau) ainsi que la clé WiFi afin que votre box Internet et le devolo soient identiques. Ce dernier devient donc un “clone”  de votre box et vous ne pourrez donc plus les différencier. Ce mode est utile si vous souhaitez déporter le devolo dans une autre pièce de la maison ou à l’étage en le connectant, par exemple, au port réseau d’un boitier CPL.

Pour lancer le mode “Clone”, il suffit d’appuyer sur le bouton affichant l’icône “WiFi” du devolo durant plus de 3 secondes et d’ensuite, dans la minute, d’appuyer le bouton “WPS” de votre box Internet afin que la configuration passe d’un système à l’autre. Dés que la LED arrête de clignoter côté devolo, c’est en ordre !

On configure …

En l’état, le devolo fonctionne directement mais, si vous le désirez, il est possible de modifier certains points de configuration. Pour cela, il vous suffit de vous connecter via votre navigateur sur l’adresse IP du devolo. Afin de la trouver, il existe quelques utilitaires qui vous permettent de scanner votre réseau et d’identifier chaque appareil connecté. Sur MacOS, j’utilise LanScan et, sur Windows, Advanced IP Scanner.

Ensuite, une fois connecté, n’oubliez pas de sécuriser votre devolo car aucun mot de passe n’est nécessaire et vous y rentrer comme dans une église. Nous n’allons pas étaler ici toutes les configurations possibles mais sachez que vous pourrez modifier les points suivants, que nous illustrons ensuite par des captures d’écran afin de vous donner un petit aperçu :

  • Modifier le nom des SSID (nom de réseau) ainsi que les clé WiFi pour le 2.4 GHz et le 5 Ghz
  • Passer en mode “Clone” via l’interface au lieu du bouton en façade
  • Définir une adresse IP fixe pour le devolo ainsi qu’une plage d’adresse IP pour les appareils qui s’y connectent
  • Définir des plages d’accès au WiFi afin d’exercer, pourquoi pas, un contrôle parental
  • Exercer un filtre par MAC address afin de ne permettre qu’à certains appareils de se connecter sur le devolo.
  • Basculer le devolo en mode “Bridge” afin d’être dépendant via WiFi d’un autre adaptateur par lequel il recevra sa connexion Internet. Ce point est intéressant si vous souhaitez déporter dans une autre pièce votre Access Point One. C’est un peu le principe de fonctionnement du devolo Gigagate, testé en 2017.
  • etc.

On utilise …

Alors, j’ai testé ce devolo Access point One chez ma compagne où un problème survenait : sa box Proximus est installée à front de rue, à l’extrême gauche du bâtiment qui doit mesurer 20 x 10 mètres, soit 200 M2 au sol (je suis hyper doué en géométrie, j’en suis conscient) et, du coup, le WiFi sur la terrasse ou dans la chambre de son fils (“Je capte pas le WiFi !”), à l’extrême droite était aussi inexistant que le COVID-19 dans le fin fond du Cantal ou dans le sud de la province du Luxembourg.

Résultat, la famille capte de façon assez optimale le WiFi partout dans le maison et s’étend jusqu’au milieu du jardin, soit à plus de 20 mètres du devolo, coincé dans la bibliothèque du bureau entre deux livres et avec trois murs épais (nouvelle construction de 2005) qui le sépare du jardin.

Au niveau de la bande passante, nous n’avons pas constaté de différence notoire entre celle délivrée par la box de Proximus. L’objectif ici est d’étendre la puissance du WiFi pour, avec un seul appareil, diffuser le réseau sur une surface de 200 à 300m2 sur deux étages.

On conclut …

Pour faire simple, devolo propose une solution “plug & play” à 119€ qui a le mérite d’être ultra simple à installer. Ainsi, à peine déballé et connecté à votre box, et pour autant que vous soyez satisfait de la configuration par défaut, cinq minutes suffiront pour connecter toute la famille sur le nouveau réseau WiFi.

La portée est correcte et permet dés lors d’éviter de passer par toute une flopée de module CPL ou, pire, de repeaters qui ne feront qu’amoindrir la bande passante.

De plus, devolo propose une petite interface web qui vous permettra d’affiner votre configuration et de la sécuriser en fonction de vos besoins comme par exemple le contrôle parental via des plages d’accès ou le filtrage par MAC address. Reste que, pour ce prix de 119€, ne vous attendez pas à des brouettes de settings assez fins, il s’agit ici d’un Access Point “grand public”.

Après trois jours d’utilisation, sur trois ordinateurs (un PC et deux MacBook Pro) et deux iPhone, nous n’avons rencontré aucun souci au niveau de la fiabilité de la portée du réseau WiFi, ni au niveau bande passante.

Reste qu’il s’agit d’une excellente solution si vous souhaitez le raccorder à une prise CPL déjà existante afin de diffuser le WiFi aux étages supérieurs, du moins si vous disposez de ce genre d’infrastructure existante. Evidemment, ce produit ne peut rivaliser avec d’autres solutions plus onéreuses qui intègrent des antennes extérieures, comme le Synology RT2600ac facturé tout de même 260€.

Ce devolo Access Point One, comme déjà mentionné, est destiné à un public qui recherche un moyen simple et abordable d’améliorer le WiFi dans son habitation.

Vous le trouverez aisément sur Amazon pour 119€.

devolo Access Point One

119 €
8.9

Design

9.0/10

Facilité d'installation

9.5/10

Fonctionnalités

8.0/10

Fiabilité

9.0/10

Pros

  • Installation simplissime
  • Mode "clone" de votre box
  • Design plaisant
  • 5 ports réseaux

Cons

  • Un seul port Gigabits
  • Configuration "light" pur certains besoins spécifiques
  • Pas d'antenne externe
Partager cet article :
Bertrand Mahieu

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.