TEST : Upcam Cyclone HD S+, compacte et abordable

upcam-00

Du cellophane à la table du salon… record battu !

Après la mise sous surveillance du jardin familial avec la Foscam fi9928p , il était temps de parfaire l’installation de surveillance interne, magnifique occasion pour tester la Upcam Cyclone HD S+ en conditions réelles.

Tradition oblige, on se lance dans le déballage avec, pour objectif, de battre le record de vitesse entre l’ouverture de la boite et la première image sur notre smartphone préféré. Et ici, c’est du rapide, moins de 90 secondes pour voir une image claire, nette et de haute définition (1080p) s’afficher via l’application Android. Ce n’est, en soi, pas une surprise, vu l’utilisation d’un QR code, mais réconfortant car le manuel d’utilisation ne nous invitait pas au scanning, au contraire de l’application (petit point à corriger pour Upcam).

Visuellement, cette caméra ne sort pas de l’ordinaire au niveau desing. On retrouve ici un plastique traditionnel mais on imagine déjà qu’il ne résistera pas à Tsunami et Ouragan, les catastrophes naturelles de la famille qui ne manquent jamais une occasion de balayer sur leur passage tout objet non fixé ou vissé. Il faudra penser à mettre la caméra hors de portée des petits, des maladroits et certainement des petits maladroits. On distingue rapidement et dès l’allumage l’axe de rotation horizontal sur 360° et 90° en vertical… Première petite surprise (mentionnée sur la boite mais loupée dans l’excitation du moment), Upcam fait cadeau d’une carte Micro SD de 8 Go et d’un support mural , l’amusement peut commencer immédiatement.

De la table du salon à la surveillance ONVIF… nouveau record !

Une fois la brèche de sécurité critique comblée (point noir : Admin / Admin sans invitation à changer), on lance l’application Android et on s’attaque au paramétrage du nouveau membre de la famille surveillance. Et là, deuxième surprise de la journée, la prise en main est immédiate, les menus sont clairs et l’image est limpide.

Je m’interroge par contre encore sur la nécessité de faire disparaitre les boutons de pilotage au profit d’un fond blanc inutile comme le « H » de Hawaï.. Brice sort de ce corps… Petit détail qui n’est pas forcément gênant, mais qui encourage les concepteurs à retravailler le design « responsive » de l’App, tout le monde n’a pas la chance d’avoir 3 ou 4 cameras.

Une fois ce carré blanc oublié, c’est le feu d’artifice de couleur ou plutôt la troisième surprise du jour, mon application ONVIF m’informe qu’il n’y plus une mais deux caméras disponibles sur mon réseaux hautement sécurisé (ou en tout cas jamais piraté), me voilà avec un jukebox d’images de vidéo surveillance. Alors que la détection ONVIF de certaines caméra peut s’avérer laborieuse, celle-ci s’est déclarée spontanément et demandé une authentification immédiate… Parfait pour la faire communiquer en direct avec un NAS Synology sans passer par la case moins sécurisée du FTP local. Par contre toujours impossible d’ajouter une caméra sur l’autre NAS de la maison, un D-Link.

De l’ONVIF aux notifications et sauvegardes locales… belle performance !

Sans casser la baraque, la Cyclone se défend très bien sur le terrain de la communication. Câblée, les réponses sont immédiates et la retransmission « live » des tentatives d’effraction de Phineas (toujours le chat de la voisine) sont fluides et sans saccades, malgré le passage par le server de Upcam (NDLR : il n’y a pas de compte Upcam donc aucune application internet, uniquement en local, dommage !). Passée rapidement en Wifi, quasi aucune différence notable sauf de petites accélérations ou légers ralentissements de l’image. On mettra ça sur le compte de l’éloignement du router Wifi ou du côté basse énergie de la maison (bientôt un test de router wifi…)

Le module de paramétrage (web uniquement en local) des notifications mail permet un test « Try and Error » mais, surtout , une sorte de Wizard nous guide pour les comptes du type Hotmail, Gmail, Exchange… bien vu de la part du fabricant. Sans cette fonctionnalité, le paramétrage pourrait être cauchemardesque entre les ports, les protocoles et autre finesses des serveurs mail.

La conclusion

Sans être un maître achat, cette Up Cam Cyclone se défend bien lors du test, quelques petits défauts à corriger au niveau logiciel et sécurité mais rien de gênant au niveau matériel. Facilité de prise en main, fiabilité lors du test et caractéristiques techniques solides font de cette caméra un chouette pieds à l’étrier dans la surveillance intérieure. On notera tout de même que les fan de design « Apple » ou futuriste repasseront vu le classicisme de l’objet. A conseiller aux novices ou geek en mal de simplicité, oui ça existe !

Petit tour technique dans l’œil du cyclone

D’un point de vue technique, la Cyclone HD S+, disponible en blanc ou en noir, embarque un objectif grand angle sans zoom optique complété par un axe de rotation de 360° /120°. La capteur permet des résolution QVGA / VGA et Full HD limité à 1080p,  offrant un confort d’utilisation tout à fait satisfaisant pour une caméra entrée / milieu de gamme. La vision nocturne est supportée par 8 LED infrarouge fournissant une portée réelle de 5,5m dans l’obscurité totale.

La connectique, simple mais complète comprend un RJ 45 (10/100 Mbit) ainsi qu’une sortie (speaker) et une entrée son (micro). Le module Wifi supporte tous les débits principaux (b,g,n) sur la fréquence 2.4 GHz. Cette caméra est proposée à un prix de 119€  (abordable pour une Full HD) sur le site du fabricant (http://www.upcam.de/fr/) et est livrée avec une carte SD allant de 4 à 8 Gb ainsi qu’un bras de fixation.

Enfin, sachez

Résumé
Date
Produit
UpCam Cyclone HD S+
Avis
41star1star1star1stargray

UpCam Cyclone HD S+

119 €
8.1

Installation

9.0/10

Fonctionnalités

8.0/10

Caractéristiques

9.2/10

App

7.5/10

Solidité

7.0/10

Pros

  • Facilité d’utilisation et paramétrage
  • Vision nocturne de qualité et HD 1080p
  • Angle et réactivité
  • Module de communication
  • Compatible ONVIF

Cons

  • Logiciel perfectible et possible faille de sécurité si le mot de passe n'est pas modifié
  • Fragilité de l’appareil