#LESNULS : Batteries Lithium-Ion – Pourquoi diable explosent-elles ?

2017-03-20_08h43_54

A moins d’être un no-life de l’actualité hi-tech, vous avez sans doute suivi les explosives élucubrations du Samsung Galaxy Note 7 ou, plus récemment, de cette passagère d’un vol australien qui a du se rendre à l’évidence que ses écouteurs avaient tenté de transformer ses oreilles en barbecue Weber instantané. Pourquoi tant de haine envers l’humanité, si friande d’objet sans fil ?  On vous explique.

Les batteries au lithium-ion n’ont pas attendu la suprématie des smartphones pour exister. En effet, celles-ci sont présentes sur le marché depuis 1991 et ressemblaient plutôt à des boites à chaussures de 20 kg plutôt qu’à des Petits Beurres.

Ces batteries ont un grande faiblesse : leur stabilité chimique lorsqu’elles ne respectent pas certaines conditions. De plus en plus fines, celles-ci sont soumises, normalement, à une batterie (!) de tests afin qu’elles ne vous éclatent pas au visage façon popcorn de l’Imagix de Mons, lorsqu’ils sont frais, bien entendu.

De manière générale, l’auto-combustion (non spontanée) peut survenir si vous utilisez un chargeur ou une batterie qui ne sont pas ceux fournis par le fabricant. Néanmoins, même avec les matériaux et composants d’origine, il peut survenir ce qu’on appelle un emballement thermique engendré par une surchauffe sans limite qui aboutit à une belle explosion. Capté ?

Est-ce sécurisé ?

Rassurez-vous, nos fabricants ont pris les devants (on l’espère, à tout le moins) et des barrières de contrôles (non Nadar) sont mises en place afin que la batterie arrête de se recharger lorsque les dents du fond baignent. Ben oui, les amis, si vous avez trop profité de cette douce Chimay Bleue pour en avaler un demi casier après les cours, il vous faudra vous résoudre à arrêter. Pourquoi ? Parce que votre cerveau sera incapable de donner le signal à votre main pour lui dire « Stop, ne prend pas ce dernier verre ». Et qu’arrive-t-il le cas échéant ?  Vous vomissez, pardi ! Vous en mettez partout, ça brûle (les sucs gastriques, c’est irritant) et vous terminez aux toilettes à épandre le reste de mousse sur les chaussures de votre petite amie. Et bien, pour les batteries, c’est la même chose… Toujours au taquet ? Bien !

2017-03-20_08h42_54

De plus, celles-ci sont de plus en plus fines et il est parfois compliqué de placer tous les micro-composants dans un si petit espace. De plus, des gardes-fous doivent être placés (des espèces de fusibles) capables de stopper toute surchauffe … et donc toute explosion transformant votre visage en créatures d’outre-tombe tout droit sortie de la septième saison de Walking Dead.

Dés lors, les composants chimiques s’agitent entre le « positif » et le « négatif » de votre batterie et la frontière entre les deux bornes est aussi fine que la chance de Fillon d’accéder au trône présidentiel, c’est dire. Le gros souci est que certains fabricants peu scrupuleux de notre sécurité rechigne à dépenser de l’argent pour installer ces fusibles, au vu de la concurrence acharnée pour se payer un objet connecté le moins cher possible.

Les bons gestes

De plus, certains utilisateurs ont le cerveau un peu compoté lors qu’ils rechargent leur smartphone … sous l’oreiller. Pitié, laisser circuler l’air autour de vos ordinateurs, téléphone et autres objets en charge et n’attendez pas qu’ils soient à 5% pour le recharger, cela l’empêchera de chauffer outre mesure.

Allez, je vous laisse, il parait que recharger son iPhone 7 au micro-onde augmente considérablement son autonomie.

 

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.