Les fondateurs d’Optrima/Softkinetic honorés à la VUB

Le recteur de la VUB (Vrij Universitijd Brussels), Mr Paul De Knop a voulu organiser cette cérémonie pour remettre un certificat d’appréciation aux fondateurs d’Optrima/Softkinetic, ainsi qu’au Professeur Maarten Kuijk (ETRO VUB) pour leurs contributions effectives au rayonnement des pratiques de l’Université par leurs accomplissements.

DSC_6055 (Custom)
Les représentants de la VUB, les lauréats, Sony

Dans son intervention, le recteur a également saisi l’opportunité de présenter les nouvelles fonctions et activités du vice-recteur pour l’Innovation & la Politique Industrielle, Mr Hugo Thienpont. Celui-ci s’attachera plus particulièrement  à l’innovation au sein de la VUB afin  d’accroître l’impact sur la société par des réalisations concrètes via ses starts-ups. Les membres de Sony Japan étaient également présents lors de la remise des awards.

Optrima/Softkinetic : La genèse d’un succès

Le Professeur Kuijk est, à l’origine, l’initiateur d’un programme de recherche fondamentale commencé en 2004 à la VUB. L’idée de départ était de comprendre les possibilités des images 3D en partant d’un seul capteur développé sur base de la technologie CMOS TOF.

Pour réaliser ce programme de recherche à la VUB, le professeur Kuijk a monté, à l’époque, une équipe de jeunes étudiants en électronique qui, après des années de recherches et avec le support de la VUB, de la Région Bruxelloise et de l’IWT, ont créé une spin-off dénommée  « Optrima« . Celle-ci a ensuite été jumelée en 2011 avec Softkinetic, une autre entreprise Bruxelloise active dans le software à destination des cameras 3D.

Enfin, en octobre 2015, Softkinetic a été acquise par Sony. Il s’agit donc d’un joli parcours pour cette technologie inventée et brevetée par les chercheurs de la VUB.

DSC_6062 (Custom)
Les lauréats

Pour le grand public, Softkinetic est une belle sucess story bruxelloise financée par la S.R.I.W. Techno et qui dispose d’une antenne à Charleroi (Softkinetic Studio). Celle-ci a réussi, en quelques années, à se hisser comme un des leader mondial du marché de la vision 3D, particulièrement  pour les applications de reconnaissances gestuelles et de scanning 3D.

On lui connait quelques succès commerciaux impressionnants avec Intel Perceptual ComputingTexas InstrumentsBMW ou encore Makerboot, sans oublier la réalisation de logiciels incorporés dans la PlayStation 4 de Sony. Sony était donc bien présent depuis le début.

Pourquoi cette award ?

Paul De Knop, le Recteur de la VUB a voulu rendre hommage à toutes les parties internes et externes qui, depuis neuf ans, ont permis aux étudiants du Professeur Kuijk de mener à bien ce programme de recherche. Le projet consistait à trouver le  procédé pour générer des images 3D à partir d’un seul capteur CMOS.

Cette tâche ne fut pas un long fleuve tranquille et beaucoup d’étapes se sont succédées : Exécuter et mener à bien la recherche fondamentale, déposer les brevets, réaliser des prototypes de capteurs, produire des caméras, monter une équipe de techniciens solidaires pour ensuite lancer, en Belgique, une activité commerciale autour de cette innovation dans les semi-conducteurs.

Durant la cérémonie, Sonja Haesen (Directrice du département de transfert technologique) et Marc Goldchstein (responsable de l’activité de stimulation Entrepreneurship à la VUB) ont mis en évidence le fait que la VUB est très active au niveau de entrepreneuriat auprès de ses étudiants.

Elle supporte également ses étudiants au travers de différents programmes éducatifs ou encore par le biais de nombreux partenariats industriels ou via la Région Bruxelloise. Sans oublier l’IWT ou les aides obtenues par les programmes de recherches européens et, enfin, les fonds de capital risque que la VUB supervise en partenariat avec d’autres universités.

DSC_6047 (Custom)
Sonja Haesen, Hugo Thienpont, Prof. Maarten Kuijk, Paul De Knop

Cette stimulation à entrepreneuriat et à l’innovation font partie de cours et programmes mis en place par Marc Goldchstein.  Ce dernier a aussi dévoilé les statistiques qui mettent en évidence les principaux facteurs du succès des start-up : Une solide base technologique, la volonté d’entreprendre des individus et, enfin, un savoir-faire commercial sans faille.

Pour Marc Goldchstein, sans cet apport commercial à destination des start-up issues de la recherche universitaire, celles-ci ont moins de chance de réussir. Marc Goldchstein a aussi rappelé le parcours d’Optrima/Softkinetic au travers des fondateurs qui ont eu l’occasion de suivre des cours spécifiques d’entrepreneuriat afin de partager cette expérience avec les nouveaux étudiants de l’université.    La boucle est bouclée.

Le Professeur Kuijk a poursuivi son discours en expliquant que tout le programme  avait commencé sur une idée originale et farfelue du jeune Daniel Van Nieuwenhove, suivi par un second étudiant, Ward van der Tempel. Ensuite, d’autres personnalités sont venues compléter l’équipe : Riemer Grootjans, Tomas Van den Hauwe et, finalement, André Miodezky, qui fut invité par la VUB pour créer et devenir le CEO de cette spin-off.

Finalement, Daniel Van Nieuwenhove, a expliqué que la clé du succès provenait uniquement de sa passion pour la recherche que lui a insufflé la VUB. Sans oublier la flamme intérieure qui est nécessaire aux chercheurs et aux entrepreneurs pour réussir dans leurs projets.

La suite restera à écrire étant donné que les solutions développées par Softkinetic sont totalement intégrées au géant Sony depuis octobre 2015. Quand on connait les prouesses de Sony dans le domaine des capteurs, le meilleur est, certainement, encore à venir…

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.