Wearables : Comment aider les malvoyants à détecter les obstacles ?

Vous le savez, les “Wearables” sont ces objets connectés qui font partie intégrante de nous sous la forme de montres connectées, bracelets d’activités ou encore de lunettes intelligentes. Nous parlons donc grossièrement de dispositifs mobiles et “mettables“, en bon français.

Ici, nous parlons de technologie à destination des personnes souffrant de pathologie de la vision comme le glaucome, la perte de vision périphérique ou encore de la rétinite pigmentaire qui se manifeste  d’abord par une perte de la vision nocturne suivie d’un rétrécissement du champ visuel. Bref, un sujet loin des futilités habituelles dans le domaine des objets connectés.

C’est dans ce cadre que des chercheurs du Massachusetts Eye and Ear, Schepens Eye Research Institute ont développé un système basé sur une petite caméra portable à fixer au vêtement. Le principe est le suivant : Le système est capable de détecter des obstacles mais, surtout,  d’évaluer le temps qu’il faudra à la personne pour entrer en collision avec celui-ci. Autrement dit, la vitesse de déplacement et la direction sont considérés comme des paramètres pour évaluer les risques. En effet, inutile d’affoler la patient si l’obstacle se trouve à quinze mètres et qu’il s’agit d’un vélo avançant dans la même direction.

wearable collision 01

Pour résumer, le système émet un son d’avertissement quand la personne se rapproche de l’obstacle et que le risque de collision est maximal : un individu est à l’arrêt dans un couloir, un piquet se situe sur le chemin du patient ou un chien se dirige vers la personne malvoyante.

Le Dr Gang Luo, initiateur du projet, a testé son dispositif auprès de vingt-cinq patients atteints de troubles de la vision périphérique et il a déjà obtenu de bons résultats : 37% de collision en moins que pour des personnes n’utilisant aucun système de ce type.

Le projet n’est évidemment pas encore commercialisé mais il s’agit d’un espoir plus que concret pour ces patients souffrant de ce type de trouble de la vision.

Source : Massachusetts  Eye & Ear , Science Daily

 

Partager cet article :
Bertrand Mahieu

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.