We Vibe – L’affaire du sex toy connecté … et piraté ?

hack

We Vibe est un sextoy connecté. Inutile de vous expliquer en quoi cela est particulier, vous vous en doutez. Une fois mis en place dans sa cavité d’accueil, une personne autorisée peut alors le faire vibrer à distance, où qu’il soit. Le principe est assez aguicheur mais peut se révéler dangereux si une tierce personne prend le contrôle du jouet en le faisant vibrer à l’insu de votre plein gré, en pleine réunion ou durant une visite chez le dentiste.

La justice canadienne a condamné la société We Vibe à indemniser les plaignants à concurrence de 4 millions de dollars canadiens ($10.000 par personne). Pourquoi diable exiger une telle somme ? Tout simplement parce que les données mesurées par les utilisateurs de ce joyeux gadget étaient directement envoyées sur les serveurs de la boite en question : Minutes utilisées, température du corps ainsi que sa fréquence d’utilisation. Tout ce petit monde de statistiques se retrouvait relié à votre profil… qui était lui-même lié à votre identifiant Facebook. Bravo, la boucle est bouclée : On sait qui vous êtes et combien de temps vous passez à vous adonner à vos plaisirs coquins.

Le pays de la police montée (!) a donc estimé qu’il était dangereux de laisser ses données sur les serveurs au vu de la faible protection du data center. Moralité : Il était possible d’accéder à ces données et de lancer le fonctionnement du vibromasseur à distance ou, pire, lancer une attaque de grande envergure sur tous les sex-toys de la marque, partout sur la planète ! Du tout bon scénario pour le prochain Mission Impossible 6 qui sortira en 2018 ? J’envoie une proposition illico à l’ami Tom !

wevibe

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.