SpaceX réussit son pari de (re)lancer une fusée d’occasion dans l’espace

space-x-02

En 1953, Hergé nous balançait les aventures d’un petit reporter au pull bleu qui partait, le coeur heureux et accompagné d’un chien blanc,  pour l’unique satellite naturel de notre planète bleue. Envoyé dans l’espace à l’aide d’une fusée rouge et blanche (pas d’allusion au football, merci), celle-ci avait la particularité d’atterrir (et d’alunir) en position verticale. Près de 65 ans plus tard, non seulement la société SpaceX a réussit l’exploit de reproduire ce comportement un peu particulier mais aussi de réutiliser certains étages de la fusée.

Elon Musk, nous en parlons régulièrement dans nos colonnes, est un homme ambitieux qui possède déjà quelques réussites à son actif, tels que les véhicules électriques Tesla, le futur Hyperloop qui va révolutionner les transports en commun, le bien connu PayPal et, tout bientôt, le projet de connecter votre cerveau à un ordinateur.

Mis à part ces projets, ce brave Elon est surtout actif dans sa société SpaceX qui envoie des satellites dans l’espace pour le compte de grandes sociétés de télécommunication, mais qui a aussi été chargé de ravitailler la Station Spatiale Internationale. Bref, SpaceX existe bel et bien et le carnet de commandes s’épaissit de mois en mois. L’ambition ultime de SpaceX est, rappelons-le, de coloniser Mars dans quelques (dizaines) d’années.

Mis à part la visite imminente de la planète rouge, Elon Musk a surtout créé SpaceX pour révolutionner les services de lancement de satellites afin d’abaisser le cout d’exploitation et donc de proposer des prix 30% moins cher que la concurrence (Arianespace en fait partie). Jeudi dernier, SpaceX a donc fait décoller une fusée de Cap Canaveral. Rien de bien folichon, avouons-le. Détrompez-vous : Cette fusée avait déjà été utilisée lors d’un précédent ravitaillement de l’ISS en avril 2016. Il s’agit donc du tout premier vol d’une fusée d’occasion.

space-x-03

Toutefois, la réutilisation du lanceur n’est pas totale. En effet, seul le premier étage de la fusée a été récupéré pour mettre sur orbite un satellite et, ensuite, le faire revenir sur terre pour être recyclé à nouveau. Les images représentant ce type d’atterrissage sont tout bonnement bluffantes et nous comprenons maintenant pourquoi il s’agit d’un exploit technique et technologique sans précédent.

En conclusion, les fusées SpaceX sont comme les hommes politiques belges, on a beau les balancer très loin, ils parviennent toujours à se recycler jusqu’à la perte totale du moindre composant un tant soit peu connecté à leur cerveau… et à retomber sur leur pattes pour être catapultés dans un conseil d’administration ou un comité de secteur dont ils ignoraient, jusque là, l’existence.


 

Partager cet article :
Bertrand Mahieu

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.