Exclusif ! Un belge crée son propre simulateur de vol

vol 01

Nous avons récemment rencontré Pierre Van Walleghem, un dynamique quadra belge qui a développé, pièce par pièce, un simulateur de vol sous la forme d’un cockpit de Boeing 737NG plus vrai que nature. Petit détail qui a son importance : Pierre était terrifié à l’idée de monter dans un avion. Découverte.

Simulateur vol brussels 01

La genèse du projet : Un bête PC

Pierre a fondé le “Brussels Sim Aero Club” à la fin de l’année 2014, après s’être assuré que son simulateur était totalement fonctionnel. Néanmoins, le chemin fut long mais surtout très ludique : “Je venais d’un bête PC avec quatre écrans plats, MS Flight Simulator X sous Windows 7, et un peu de matériel assez basique (yoke Saitek, MCP et CDU simili 747)” nous explique d’emblée Pierre. “Ensuite, mon projet s’est transformé en un cockpit complet, dual seat, avec un dôme de 170 °pour le visuel, tous les instruments et équipements «réels» d’un tel cockpit“.

Construire le bébé

Pour rappel à l’attention des non initiés, le 737NG est un avion de ligne très répandu, c’est par exemple l’élément principal des flottes de Ryanair ou JetAirFly, pour ne parler que de ces deux compagnies low cost belges bien connues. Pierre s’est assuré que le cockpit soit monté dans une structure parfaitement à l’échelle de son modèle.

Pour construire son bébé, Pierre s’est affairé a trouver tous les éléments nécessaires un peu partout dans le monde :Belgique, Pays-bas, Italie, Espagne, Allemagne et Portugal. D’autres pièces plus rares proviennent même des USA ou de Chine.  Un véritable globe-trotter virtuel de haut vol !

Un suite logicielle de professionnel

Obtenir et assembler les éléments matériels n’a aucun sens si vous ne possédez pas les logiciels qui vous permettront de créer la véritable illusion de voler : “Au niveau logiciel, j’utilise PREPAR3D de Lockheed Martin comme base pour le visuel, sur lequel se greffent différents add-ons” continue Pierre.

Il poursuit en nous expliquant les différents greffons qui composent le système : “Le principal add-on, c’est ProSim737. Celui-ci est développé par la société ProSim Aviation Research aux Pays-Bas, sous licence Boeing. C’est le modèle de vol et l’avionique, bref : tout ce qui fait que l’avion virtuel se comporte comme un vrai 737NG, que tous les affichages des instruments sont fidèles aux originaux, que tous les switches, boutons et autres contrôles sont gérés avec un réalisme et une cohérence incroyables”

Nous le voyons, Pierre est d’une rigueur implacable et chaque aspect a été murement réfléchi. En effet, il existe un millier d’entrées et sorties qui sont traités et physiquement présents dans le cockpit. Mais ce n’est pas tout : ProSim737 permet aussi de gérer les pannes (de la lumière qui saute dans le cockpit au moteur en feu), les conditions de vol et la visibilité, l’environnement et les alertes audio. Du réalisme à l’état pur. Impressionnant.

Un chemin parcouru quasiment seul

Pierre nous avoue avoir passé plus de 10 mois sur le projet : “Toutes ces étapes, je les ai réalisées essentiellement seul, avec parfois l’aide d’amis et de proches lors de certaines phases spécifiques. Je suis par exemple ravi d’avoir un frère ingénieur en électronique, et un neveu dessinateur technique !  J’ai étudié de fond en comble tous les systèmes de l’avion, avec les manuels originaux de Boeing et la documentation spécialisée utilisée par les pilotes et instructeurs. Je connais le 737NG quasi comme un ingénieur ! Bon j’exagère, mais pas beaucoup… “.

Bien entendu, lors de la mise au point finale, Pierre a fait appel à des pilotes qualifiés sur 737NG afin d’ajuster tous les paramètres afin d’obtenir un réalisme maximal. : “Le résultat en est d’autant plus bluffant !” avoue-t-il.

Une passion engendrée par une phobie de l’avion

En dehors des aspects techniques, le projet vient évidemment d’une passion pour l’aviation, qui s’est paradoxalement développée alors que Pierre était sujet à une phobie de l’avion, suite à une mauvaise expérience dans les années 70.

Il nous explique ses premiers pas : “J’ai débuté avec un simulateur de vol basique (FSX) remontent au début des années 2000, et ont débouché sur une meilleure compréhension des principes de vol.  La suite était naturelle : il fallait voler “en vrai” ! J’ai donc embarqué un beau jour de 2010 dans… un 737NG ! Avec directement la grande chance de pouvoir accéder au cockpit et d’assister à une partie du vol sur le “jump seat”. J’étais conquis.

Deux ans plus tard, après un baptême de l’air en petit avion au-dessus de la Guadeloupe, Pierre passait carrément de l’autre côté en décidant d’entamer une formation de pilote, qu’il a suivi à Namur, sur l’aérodrome de Temploux-Suarlée.” Stupéfiant !

Vers un succès commercial annoncé ?

Maintenant que tout est en place, Pierre a donc développé une activité commerciale sous la forme du “Brussels Sim Aero Club“, qui vise plusieurs publics :

  1. Le grand public pour des “fun flights”, des expérience fascinantes pour ceux qui rêvent de prendre un jour les commandes d’un avion de ligne l’espace de quelques instants, et qui prennent un plaisir fou à décoller et à atterrir … comme ils peuvent;
  2. Les élèves ou futurs élèves pilotes qui veulent déjà en savoir un peu plus sur le fonctionnement d’un tel engin, et se familiariser avec un cockpit moderne d’airliner;
  3. Les pilotes professionnels qui doivent régulièrement repasser des tests et donc répéter leurs “flows” (procédures typiques), ou maintenir leurs compétences entre deux jobs espacés;
  4. Les “cockpit builders” qui veulent s’inspirer d’un travail aussi abouti et prendre les conseils de l’expertise acquise au fur et à mesure de l’élaboration du projet;
  5. Les phobiques de l’avion (comme Pierre l’a été), à qui il propose des séances en compagnie d’un pilote de ligne et d’un psychologue pour les aider à passer au-dessus de leur peur – et même surtout à l’éliminer définitivement !

La tarification varie selon deux critères, nous explique Pierre : “Le nombre d’heures réservées, et le personnel supplémentaire éventuellement demandé (un opérateur est d’office présent et intégré dans le prix de location).

 

Pour donner une fourchette, les prix pour un fun flight (sans instructeur) tournent aux alentours de 80 à 90 € / heure. Mais ce prix ne varie pas si la session est partagée à plusieurs (cas typique de quatre amis qui viennent passer deux heures pour le fun, ils se relayent aux différents postes et chacun paie un quart de la location). Bref, c’est comme un taxi, on peut partager !

A noter, pendant la période de lancement et jusqu’au 30/11/2015, 25% seront déduits sur toutes les sessions avec le code coupon “TAKEOFF2015” !

Alors, si vous souhaitez vaincre vos peurs ou vous lancer dans l’aventure d’un vol entre amis, rendez-vous sur http://www.brussels-simaeroclub.com.Bon vol !

Résumé
Date
Produit
Brussels Flight Simulator
Avis
41star1star1star1stargray

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.