Prise en main de l’Olympus OM-D E-M1X : L’hybride 4/3 pour baroudeur professionnel

Dans le monde des appareils photographiques professionnels, les marques comme Nikon et Canon sont des références. Alors quand Olympus annonce la sortie d’un 4/3 tropicalisé, cela attire l’attention, surtout la mienne !

C’est du solide !

A l’ouverture de la boite c’est un bel appareil noir qui s’offre à nous. Dans les mains, il donne l’impression d’être indestructible. Un double grip permet d’être à l’aise tant en prise de vue paysage qu’en portrait. Comme tout double grip, les boutons principaux de prise de vue sont doublés pour un accès aisé.

Un peu de technique

Comme pour la plupart de ses modèles, Olympus exploite un format 4/3 avec, pour cette mouture, une définition de 20,4 Mpx. A cela, il faut ajouter 121 points de focus par corrélation de phase et par contraste qui seront vos alliés pour une mise au point facile et précise de vos sujets.  Vous aurez également le choix entre les utiliser en individuel ou en groupe de 121, 25, 9 et 5 points.

Pour l’autonomie, pas de soucis de ce coté là, deux batteries de 1720 mAh vous permettront de faire face à toutes les situations. Outre les aspects visibles, il cache une multitude de technologie : un système de  mode haute résolution à main levée, une stabilisation performant jusqu’à 7,5 IL, une fonction de filtre de densité neutre, un autofocus de détection hybride avec détection intelligente du sujet.

En reprenant mon souffle je peux vous parler également de la rafale à 18 images seconde avec suivi du sujet et une possibilité de monter à 60 images par seconde, un mode silencieux, d’une connexion Bluetooth et Wi-Fi, d’un GPS, et encore bien d’autres fonctionnalités.

Testons le !

Avec ce magnifique boîtier, deux objectifs ont été fournis pour réaliser le test. Le premier est un splendide téléobjectif 40-150mm avec une ouverture de f/2,8 constante et le second un 12-100mm avec une ouverture de f/4 constante. Le piqué des deux objectifs est très bon et leur réactivité est plus qu’acceptable en autofocus. Un simple mouvement d’une bague vous fait passer du mode automatique au mode manuel. Je dois avouer que cette simplicité ne m’est pas apparue tout de suite, étant habitué aux objectifs Canon.

Malgré son second grip intégré, l’appareil n’est ni trop lourd ni trop encombrant, vous n’aurez donc pas de tendinite après une longue sortie. Toutes les commandes principales de la gestion de vos prise de vue tombent sous vos doigts.

La fonction Lock à l’arrière de l’appareil permet de désactiver certaines touches et C-Lock offre une personnalisation des touches à verrouiller. Vous n’aurez dès lors plus que de maigres arguments pour  toutes erreurs de manipulation. Un point qui a attiré mon attention est le bouton de bracketing sur le côté gauche du boîtier afin d’activer et désactiver le mode.

Son écran orientable dans toutes les directions est appréciable dans les prise de vue ras de sol ou tout autre position qui vous rend l’accès au viseur périlleux, voire impossible. Cette écran est également tactile, et vous permettra de sélectionner des options dans le menu simplifié ou d’effectuer le déclenchement en mode écran. Cependant, les gros doigts devront s’abstenir pour le menu simplifié car certaines cases du  sont si petites que vous ne pouvez pas les sélectionner et vous basculerez alors bien vite en mode joystick.

Comme tout boîtier à destination des professionnels, un foisonnement de réglages entassés dans une kyrielle de menu et de sous-onglets sont à votre disposition. Toutefois, Olympus vous permet d’avoir un menu personnalisé pour vos fonctionnalités les plus usitées. Cela vous prendra certes un peu de votre temps lors de votre première utilisation mais vous sera d’un grand secours sur le terrain.

Une autre astuce que cache ce boîtier est sa possibilité de recharger les deux batteries sans devoir les retirer. Une connexion USB Type-C est en effet présente pour assurer la recharge. Cela est intéressant pour les voyages car vous n’êtes plus obligé d’être accompagné de votre chargeur.

Rapide, il est rapide…

Ce boîtier est à destination des photographes de sport et de toutes autres événements où une grande rapidité de réaction et des cadences des rafales élevées est demandée.

Le démarrage de l’appareil est instantané. L’autofocus est plus que satisfaisant en basse lumière et offre une très bonne réactivité. Le mode silencieux permet de prendre des clichés en toute discrétion et vous permettra d’avoir un nombre de clichés par seconde assez impressionnants. Le mode vidéo donne une excellente image allant jusqu’au 4K Cinéma.

Et donc ?

L’Olympus OM-D E-M1X impressionne par ses dimensions inhabituelles dans la gamme Micro 4/3 et par sa réactivité imbattable. Vous pourrez l’emporter sur tous les terrains et se montrera très baroudeur. Mais toutes ces qualités ont un prix que bon nombre compareront à celui des modèles équipés de grands capteurs comme le Nikon D5 ou Canon EOS-1D X Mark II. Certes ils sont plus onéreux mais ils vous proposent une montée en ISO plus importantes.

Pour ma part j’ai été conquis par ce boîtier qui à rempli sa mission avec succès et pour un prix indicatif de 2999€,  je trouve qu’il est un choix raisonnable pour le photographe de terrain.

NDLR : Cet article sera mis à jour régulièrement en fonction des prochains tests, notamment concernant la vidéo 4K qui est actuellement sur le grill avec Jeremy. Des clichés pris dans différentes situations seront ajoutés au fur et à mesure.

 

Olympus OM-D E-M1X

2999 €
9

Fiabilité

10.0/10

Fonctionnalités

9.0/10

Installation et configuration

8.0/10

Utilisation

9.0/10

Pros

  • Prise en main, grip
  • Personnalisation
  • Vidéo C4K UHD
  • Réactivité et rafale hors pair
  • Recharge rapide USB Type-C

Cons

  • Les réglages complexes via les menus
  • Qualité en haute sensibilité
  • Encombrement élevé