Une association britannique porte plainte contre Google

Google aurait illégalement collecté les données personnelles de 4,4 millions d’utilisateurs en Angleterre et au Royaume-Uni entre juin 2011 et février 2012. Résultat, une association portant le nom de Google you owe us (littéralement « Google, tu nous es redevable ») a porté plainte contre le géant de la recherche internet en novembre 2017.

Les premières audiences ont commencé

Le lundi 21 mai 2018, les premières audiences ont eu lieu et Google a admis la collecte illégale de données. Cependant, la firme entend échapper à une condamnation en affirmant que la plainte collective déposée par l’association est irrecevable, au prétexte qu’il est impossible de déterminer l’identité précise de ceux dont les données ont été aspirées.

Ainsi, selon Google, il est irrecevable qu’une plainte soit déposée de la part de personne à qui le préjudice n’a pu être que théoriquement fait. Pourtant, des cas de figure identiques se sont déjà présenté et Google avait été condamné à une amende de 19 millions d’euros aux États-Unis en 2012 pour les mêmes faits.

Enfin, en 2015 au Royaume-Uni, trois individus avaient porté plainte contre Google pour les mêmes raisons et un accord avait été passé entre l’entreprise et les plaignant. L’accord est resté confidentiel, mais les poursuites avaient ensuite été abandonnées et on imagine que le montant du dédommagement avait su se montrer convaincant.

Des données aspirées depuis les iPhone

Avant de rechercher une sélection d’ordinateur qui vous protégera du regard indiscret de Google, sachez que les faits reprochés à l’entreprise par cette association britannique concernent exclusivement les utilisateurs d’iPhone entre juin 2011 et février 2012. Pour être même encore plus précis, cela concerne les utilisateurs de Safari sur iPhone.

Effectivement, Google aurait contourné les règles de sécurité des smartphones Apple pour aspirer les données personnelles des utilisateurs lorsqu’ils effectuaient des recherches Google depuis l’application Safari de leur iPhone. Ainsi, des millions d’informations sur l’orientation sexuelle ou politique, les loisirs, les origines, la santé, la géolocalisation et, bien sûr, les habitudes de consommation, ont été aspirés.

La quête du ciblage publicitaire

Pourquoi Google a sciemment violé la loi pour récupérer les données personnelles de ses utilisateurs ? Pour pouvoir mieux les ranger à l’intérieur des différents profils de consommateurs que Google connaît et ainsi permettre un meilleur ciblage publicitaire.

En effet, les revenus de Google sont principalement lié à la publicité et, comme Facebook, les entreprises qui dépendent de la publicité doivent offrir une efficacité sans cesse meilleure aux annonceurs qui font appel à leurs services.

Un rappel, s’il en fallait, que lorsqu’un service est gratuit, c’est que vous êtes la marchandise.

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.