Quitter Facebook ? Voici les 4 raisons pour ne pas le faire !

2015-12-14_08h47_31

Avez-vous déjà pensé à quitter Facebook ? SI oui, vous y êtes arrivés, c’est parfait et vous n’êtes donc pas en train de lire cet article sans intérêt pour vous. Par contre, si vous avez essayé et que  vous y êtes retourné, c’est qu’il existe une raison et c’est bien l’objectif d’une étude récente provenant des Etats-Unis qui en dévoile les causes.

Cet étude est organisée par 99 Days Of Freedom et regroupe, actuellement, plus de 40.000 participants. L’expérience est toute simple, vous vous inscrivez, changez votre photo de profil et lancez ensuite votre dernier statut qui sera votre message au réseau social durant 99 jours.

2015-12-14_08h46_22

Et si vous craquez, vous serez amené à témoigner et vous expliquer sur la raison de ce retournement de situation. Aussi, si vous résistez, vous devrez décrire la sensation qui vous a envahie lors des premiers jours de sevrage intense.  Alors, pourquoi les participants ont-ils cédés aux appels stridents de l’ami Mark ? Explications.

Facebook me rend addictif

Les personnes qui y sont retournées décrivent qu’il ne pouvaient pas faire sans y aller. La tentation était trop forte. Dès qu’ils lançaient une navigateur, ils entraient automatiquement la lettre « F » dans la barre d’adresse pour ensuite arrêter de transpirer comme des bœufs. Rafraîchissant.

Un peu comme la cigarette, Facebook devenait une obsession, les personnes se retrouvent devant leur smartphone et ne savent pas quoi faire d’autre. Ils piétinent et réinstallent finalement l’application afin de soulager leur envie. Faut arrêter, les gars. Faut se soigner !

Facebook est une fenêtre sur mes amis

Un peu comme dans le film Fenêtre sur Cour, de notre ami Alfred, Facebook se révèle être une véritable lucarne favorisant l’espionnite aiguë et le contrôle virtuel et imagé du gazon verdoyant de votre voisin. Le fait de ne plus savoir ce que vos pseudo-amis pensent de la vie est aussi une tentation que beaucoup de participants ont cités dans l’enquête.

2015-12-14_08h48_57

Facebook intéresse plus les gens de mauvaise humeur

C’est très subjectif mais l’enquête a démontré que les personnes en proie à une mauvaise humeur, légère dépression ou anxiété étaient plus sujettes à retourner voir ce qui se passait dans la vie virtuelle. Par contre, les personnes se sentant plus heureuses ont particulièrement bien résistés à l’envie de replonger. Bref, les gens heureux ont moins besoin de Facebook.

Il n’y a pas que Facebook dans la vie

Non, il existe aussi Twitter, Instagram et bien d’autres alternatives sociales pour combler le manque de Facebook. Et c’est dans ce puit intarissable que nous trouvons la quatrième raison : Nous pouvons éviter Facebook en allant sur d’autres réseaux sociaux. Mais quelle bête raison, mes amis ! S’inscrire à une enquête pour ne plus utiliser cet outil, pour ensuite continuer à se goinfrer ailleurs en cachette. Fourbe !

2015-12-14_08h52_46

Ces ressentis ont été perçus après 33 jours. En effet, l’organisme qui met en place cette étude demande automatiquement aux participants de dévoiler leur état général après ce premier tiers d’abstinence totale. Bref, vous êtes correctement suivis durant votre traitement. Rassurant.

En deux mots, si vous avez le courage de vous investir, lancez-vous dans l’expérience 99 Days Of Freedom ! Et prenez quelques Dafalgan en réserve, pour les effets de sevrages intenses !

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.