Santé : Vers un capteur d’hydratation sans fil ?

2017-02-13_10h50_35

Ces derniers jours, on  m’a encore rappelé qu’il était important de prendre soin de sa peau (ou de se la faire hydrater, sous forme de massages, par quelqu’un d’autre). A propos, savez-vous que l’huile de noix de coco hydrate les couches profondes de l’épiderme ? Vous n’en avez absolument rien à cirer, je sais. Désolé. Nous ne sommes pas ici pour parler cosmétique et encore moins du pourcentage d’eau que ma peau contient.

Mis à part votre derme, l’hydratation de votre svelte corps, composé de 2/3 d’eau (ou de 2/3 de rhum chez certain), est vraiment cruciale. L’Université d’Etat de Caroline du Sud a développé le premier capteur d’hydratation connecté à intégrer directement dans un vêtement du type « Wearable ».

L’objectif est de connecter cet objet à votre smartphone afin de vous avertir qu’il est vraiment temps de boire un grand verre d’eau. A destination des personnes âgées ou encore des sportifs, ce capteur a donc tout son sens étant donné que la sensation de soif survient alors qu’il est déjà trop tard. Il ne faudra donc plus attendre d’avoir soif pour boire.

2017-02-13_10h45_14

De plus, cette nouvelle invention est vouée à un avenir plutôt rose dans le domaine des cosmétiques afin que les fabricants puissent mesurer, en temps réel, l’effet de leur prochaine crème de soin vendue 30€ le pot de 20 grammes. Le capteur mesure, au travers de deux électrodes fabriquées à l’aide de plastiques polymères, le taux d’hydratation en fonction de la conductivité de la peau.

Bon, je vous laisse, je vais maintenant tenter d’expliquer à tante Odette que l’alcool déshydrate et que, même si la Chimay Bleue contient beaucoup d’eau, il est assez risqué pour elle d’en boire trois bouteilles d’affilée durant une semaine de canicule.

Source : NC State University

2017-02-13_10h49_49

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.