Puce RFID belge sous la peau – Et si on arrêtait de paniquer ?

2017-02-09_11h34_10

En décembre dernier, nous vous avions annoncé qu’une société originaire de Malines, New Fusion, avait testé l’implantation d’une puce RFID pour permettre à ses employés de s’identifier au sein de leur boite hi-tech. Hier soir, soit deux mois après notre article, au JT de notre chaîne nationale (et un peu partout en France et en Belgique), on s’étonnait de cette démarche. Et si on arrêtait de paniquer ?

Soyons sérieux, certains parlent de flicage, de non-respect de la vie privée et autre déblatération mais il s’agit tout simplement d’une méthode de remplacement d’un badge de société que tout le monde perd un jour ou oublie dans son véhicule, voire échangé avec un collègue pour qu’il pointe à votre place. De plus, ces employés étaient volontaires et cette puce, implantée dans la chair entre le pouce et l’index par un tatoueur, est aussi utilisée comme identifiant sur leur ordinateur de travail.

Quelques informations sont aussi sauvegardées sur la puce afin de pouvoir échanger une espèce de carte de visite virtuelle, mais je ne vois pas très bien où est le mal… étant donné que cette démarche est tout à fait volontaire. Cette puce peut ensuite être désactivée à tout moment, comme un badge. Bon, d’accord avec vous, il vous faudra repasser par la case torture si vous quittez la boite mais, à l’avenir, pourquoi ne pas imaginer une puce générique qui serait valable partout dans le monde pour accéder aux bâtiments ou aux aéroports ? Elle pourrait contenir vos billets d’avion ou vos places de cinéma, réservées depuis Internet.

Ah ? On va vous suivre à la trace ? Oui, parfait, c’est déjà ce qu’on fait actuellement avec votre carte de banque, de crédit, vos cookies sur Internet, votre compte Facebook, vos déplacements via votre GPS, vos emails sont lus par la NSA… et votre boss peut tout aussi bien suivre vos heures de départ et d’arrivée au travers de votre simple badge.

Pour rappel, cette puce RFID ne contient pas de capteur GPS et ne se connecte à rien d’autre que le lecteur de proximité auquel elle est raccordée et enregistrée.

Bref, tout le monde s’effarouche encore pour une simple modification du système d’identification. Allez, je vous laisse, Tante Odette a perdu ses clés de la maison, je dois appeler le serrurier.

Bertrand Mahieu

Explorateur d'Internet depuis 1995 et toujours à la recherche de la prochaine terre promise connectée. Mangeur de chocolat, fan de cuisine, de rando et de Kindle.